Gageure

Gageure

... Des rivières le flot, que souille l’immondice, / S’y déverse, jusant de notre gabegie ... 1. Parions sur la mal, la gageure en est sûre,La mise est assurée. Du pire et du meilleurLe débat est tranché et l’homme, spectateur,Demeure une fiction financée...

Lire la suite

François Schubert

François Schubert

Franz Schubert (1797-1828) à l’âge de 17 ans, école autrichienne, œuvre d'un auteur anonyme Il n’a su que fleurir en la détresse humaine Le doux François Schubert. Autant il y a de rage En l’illustre Beethoven, autant l’homme du Lied A-t-il subit son...

Lire la suite

Escogriffe

Escogriffe

Je rêve dans la nuit d’une prison de mots, Forteresse de sens où mon verbe est un roi, Un tyran de parole aux aphorismes creux, Qui règne sans partage en ma stance muette. En or, son sceptre s’orne d’une esperluette, Il déclame en sa rime ses édits nombreux,...

Lire la suite

Douve

Douve

Douve au pied de la tour où guette désarroi, Où le vain troubadour au mitan de ma peine De son luth impuissant fait vibrer la corolle, Mauvaise fleur d’ennui qui bruni sous le gel ; Oh, de l’hiver viens-t-en épuiser dol cruel Et de son joug venteux, où...

Lire la suite

Chétive

Chétive

Vincent Van Gogh (1853-1890), Portrait de Camille Roulin, détail Il faut survivre à son enfance, Jusqu’au jour, où, coïncidence, On l’aperçoit : tout se dénoue, C’est elle qui survit en nous. On a voulu, loin de ce port, Se dissimuler d’un trésor, Gisement,...

Lire la suite

Bambocheur

Bambocheur

Jean Renoir (1894-1979) Affiche de Boudu sauvé des eaux, détail Ce pêcheurEmpêcheur De tourner en rond,En ronds dans l’eau, N’est ni bêcheurNi pécheur. C’est un prêcheurSans proche heurt Sans brocheNi broc. Bambocheur,Empocheur De tournéesSans ronds....

Lire la suite

À l’indicible

À l’indicible

Auguste Rodin (1840-1917) Le baiser, détail Tu ne me diras rien, le silence suffit,Quelquefois, aux amants dans la geste d’aimer,Nos soupirs écrivant, en de vagues clartés,L’arabesque des joies sur l’antique grimoire. Et nous serons ce don, superbe et...

Lire la suite

Agrippa

Agrippa

Théodore Agrippa d’Aubigné, (1552-1630), par Bartholomäus Sarburgh, (vers 1590-après 1637) Terpsichore, il me semble, si léger étaisQue ma lyre, céans, brumeuse en sage été,Singulièrement fuit la légèreté. J’eus coutume jadis à jouer des calembours,Quelque...

Lire la suite

Heureux, maudits, sages et fous.

Heureux, maudits, sages et fous.

Jérôme Bosch (vers 1450-1516) Le Concert dans l’œuf, détail Elle est notre raison ultime, Le but et la borne, le sens, Certitude où l’on ne s’arrime, La fuite et la porte, le cens. On le sait elle jaillira, Evidence, comme nausée, Non, sûr, elle ne faillira,...

Lire la suite

Nécessité

Nécessité

... Dans le flot continuel, la presse autour de nous, / Nous voyons notre image, multipliée, partout ... Dans le flot contigu des jours, auprès de nous, À se toucher passent des corps et des idées. Et toutes ces chairs ignorées dont nous sentons, Comme...

Lire la suite

Jonchées

Jonchées

Théophile-Alexandre Steinlen, (1859-1923), vieil homme à la barbe, détail L’automne en vain s’épuise aux dernières jonchées ; Tout est mort, tout est rouille et mon cœur dégrisé Bât la chamade, au jour, à l’ombre des nuées. Je ne me souviens plus de ce...

Lire la suite

Les fous et les gueux

Les fous et les gueux

... Le sage, lui, se perd à contempler les cieux, / Y cherchant la pensée qu’imageront ses yeux ... Ce qui se joue ici, dans la stance mortelle,Puisque vivre est un leurre où git la fin cruelle,Réside en l’instant seul de notre battementEn ce cœur, découvert,...

Lire la suite

Les pas pas perdus

Les pas pas perdus

... Quand au poète, / Forte tête, / Qu’il s’apprête / À la défaite / Qui le guette ... Le verbe est la continuation du vers, À moins que le ver, en soie, n’en soit Que l’anticipation. Et la rime est un crime À l’encontre du vers libre Qu’il emprisonne...

Lire la suite

En ma rive ténue

En ma rive ténue

... Informe ma forme en découle, / Impropre je ne suis qu’un leurre ... Je n’ai rien à faire en ce monde, Jamais n’y ai trouvé ma place, D’un pied sur l’autre dodeline, Danseur esseulé sur la piste. Oh, certes, je vais et j’existe, Au faux semblant je...

Lire la suite

En ces débours

En ces débours

Gustave Caillebotte (1848-1894) Le Père Magloire allongé dans un bois, détail J’ai perdu le sujet et j’ai perdu la rime, C’était, très surement la parole sublime, Celle que j’ai cherché, celle qui me poursuit, Et qu’en chaque marée un océan ressuie. Me...

Lire la suite

Gens de Parme

Gens de Parme

... C'est ainsi qu'on désarme / Bonnes gens de Parme ... Ma thématique N'est mathématique, N'omet le maître en homme, Nommé, le métronome. Son patronyme N'est pâtre homonyme, Naître à Paname Mais n'être pas Annam. Ne pas trop mettre aux normes Ce métro...

Lire la suite

Le jardin des mots

Le jardin des mots

... Diaprure chamarrée, écho de ma rumeur / Comme aux pages d’un livre est une porte close ... Les mots sont des couleurs, des fruits et des saveurs ; Cueillons en ce jardin dont l’alphabet dispose, Entre plants et semis, en son bouquet, la rose Comme...

Lire la suite

La pieuvre

La pieuvre

... je sens, telle une pieuvre, / Un mal que je connais ceindre sa tentacule / À ma gorge oppressée ... Ma bouche muette appelle un poème incertainMais tu ne réponds rien, muse, à mon cœur malsain.Ce n’est pas aujourd’hui que bâtirai l’œuvreEt, prisonnier...

Lire la suite

Fuite

Fuite

... Puis fuir dans l’âge adulte en regrettant l’enfance ... Adolescent, le fus-je ?Je ne me souviens pas de mes colères,Non plus de mes apaisements. Seulement la tristesse,Poisseuse et fade,Comme un poisson d’eau douce,Et la face figée de la nuit. J’étais...

Lire la suite

L’horloge du cœur

L’horloge du cœur

Jean Antoine Théodore Gudin (1802-1880), Scène de pêche Les enfants ont grandi, ils se sont envolésLa maison fait silence en nos cœurs enjôlés,Et nous nous regardons ainsi, comme jadis,Quand l’âge vient peser sur nos cœurs attiédis. C’est donc si peu...

Lire la suite