Gît, vrai givré

Gît, vrai givré

Le capitaine des mots, grand découvreur d’épaules,Des mères aux céans nie que lenteur éthique.Mais comment donc ? Char qu’eau n’est pour coup appât. L’épaisse dit que si on laisse qui mot, hue, ski !C’est inouï te disent ces berges. La banque, exquise,S’est,...

Lire la suite

La loi des gueux

La loi des gueux

Honoré Daumier (1808-1879), les tritons de la seine, lithographie, 1864 Prendre est la loi des gueux, saillir leur seule issue, Jouir du monde sans joie pour le mieux rançonner, Une matraque vaut à ce compte un sonnet Et la rage est un dieu pour la morne...

Lire la suite

Métrique

Métrique

... Oh, bruissez sous le vent de mon aile diaphane / Vous,murmures sans nom dont je suis le semeur ... Je pense m’approcher du verbe poétique.Oui, j’ai trouvé ma voix, quand même si je douteMais l’éveil en mes mains de cette altérité,Toujours, si me surprend,...

Lire la suite

Déploration de l’aurore

Déploration de l’aurore

... Et nous restons sans fruit, qu’un rêve en son ouvroir / Comme l’enfant mort-né qu’on appelle l’espoir ... J’ai jeté, ce matin, une larme au néant,Une larme de plus, noyée en ce méandre :Ainsi, devant l’éther un océan déploreOù, marées, nos chagrins...

Lire la suite

Conversations

Conversations

... Ainsi s’en va le train dans le désert des mots / De tout ce verbe creux, reflet d’une vie blême ... Il fait froid ce matin, la météo l’a dit Et j’ai pas mon pépin si jamais y a d’la pluie… Mais penses-tu, voyons, je n’ai pas mal au dos Je suis un...

Lire la suite

Les miroirs du doute

Les miroirs du doute

... C’est l’heure du bilan, ... / Quand le temps, las, nous tend, aveugle, ses miroirs ... Aux midis extasiés que cherche l’ombre rare Nous cheminions sans peur affamés d’absolu Et cette faim demeure où puisait notre bouche. Nous avons, à nos lèvres,...

Lire la suite

Où nostalgie creuse

Où nostalgie creuse

Non, surtout ne prend pas la pose, Reste ainsi, la lèvre mi-close, Intacte, au jardin, telle rose. Souvenir est une fragrance, Un lieu, au pays de l’enfance, Où demeure un ciel, une errance. Non, surtout ne cueille, boudeuse, Un remord en la rive heureuse,...

Lire la suite

Le rêve de Philémon

Le rêve de Philémon

... Philémon, je voudrais tant perdurer encore / Mêler mes frondaisons aux tiennes dans l’espace ... 1. Nous devisions jadis en cet heureux séjour, La palabre était lieu de nos vierges amours, Et plus que nos corps nus, assemblés dans l’étreinte, Nos...

Lire la suite

Cœur en loques

Cœur en loques

... Et je bats mon briquet où je bats mes breloques / Flamme bientôt éteinte où le jour va paraître ... J’ai terminé, dans le petit matin, céans,Le poème entamé hier ou avant-hier.Il attendait, tranquille en cet humble cahierOù je consigne, en moi, l’humeur...

Lire la suite

Latent d’être

Latent d’être

... Mais tant de ronds / Les tenteront ... Les tendrons Attendront, L’étendre, onze Ah, tendront. Mais tant de ronds Les tenteront Qui tente, en rond Les trente troncs ? Mais t’entêteront Tante, laideron Qui l’aideront ; Etant, tairont Latent, d’être...

Lire la suite

Haillons de l’âme

Haillons de l’âme

... Mais un regret, toujours, / En nos âmes, haillons, / Comme grave débours ... Les jours viennent et vont,À chaque fois plus lourds,Mon cœur à l’horizonY guette mes amours. Allons, verts histrions,Aux quêtes des labours,Ce que nous en feronsVa, s’ébauche...

Lire la suite

<< < 1 2