Art de la conversation

Art de la conversation

Tant que l’on peut parler de soi,Flatter le seuil de son ego,Se mettre en scène, dégoiser,Parler sans écouter personne ; Et de sa propre nullitéProuver une vaste inculture,Frappée au coin du lieu communUne pensée de pacotille ; Tant que l’on peut, de...

Lire la suite

Impossibles peurs

Impossibles peurs

... Il n’est de place en moi pour d’impossibles peur ... Je me suis éveillé aux livrées du silence, Une sérénité étrange au creux des reins. Pourtant la maladie épuise mon corps las, Quand mon âme, en la chair, depuis, songe au trépas. Sans tristesse...

Lire la suite

La rumeur

La rumeur

Le Livre de Chasse de Gaston Phoebus, miniature (14ème siècle), scène de chasse, détail La rumeur a couru, aux lèvres, à mi-voix,On disait : c’est certain, je le sais, je le crois,C’est demain, c’est bientôt, c’est sûr, pourquoi douter ?Certes le cœur,...

Lire la suite

Ma simple quête

Ma simple quête

Hendrick Martenszoon Sorgh (vers 1610-1670), Le joueur de luth, détail N’écoute donc pas ma chanson,Ne sont que vers de mirliton,Brise d’avril sur l’horizon. C’est là mon humble ritournelle,Las, ne lui cherche point querelleSi passe un jour en ta venelle....

Lire la suite

Éternité fugace

Éternité fugace

... Car vivre est en soi une fin, / En l’apogée qui nous dévoie ... / ... Où l’on inscrit sa propre quête ... Mais elle a tant de suffisance,De sureté de jugement,Elle a trouvé son Graal et cause :Son modèle est le seul qui vaille ! Elle est ravie de...

Lire la suite

Pour tenter d’oublier le temps

Pour tenter d’oublier le temps

Monnaie à l’effigie d’Artaban V, rois de Parthes de 216 à 224 Paraître, au seuil des solitudes,Y avancer comme on se pend,Ainsi, dans nos prudences rudes,S’inscrire aux marges d’un arpent. Au champ clos de l’imperfection,Labourer cette vigne ingrate,S’y...

Lire la suite

Offrandes

Offrandes

Donne-moi un sourire où éclairer ma nuitEt la fleur de ton rire, émondé comme un fruitQue l’on mord insouciant, ivre de ses saveurs,Où nous grise en l’été l’effluve et les senteurs. Donne-moi un baiser pour défroisser le pliDes boucles d’amertume à ma...

Lire la suite

Âpres et creux

Âpres et creux

... Car nous ne sommes pertinents ... Il dort en nous, le nombre d’or,Énigme de ce nœud Gordien ;De notre propre apocalypseÉquation de ce monde ancien. Ombre vague sous la paupière,Cristalline comme le gypse,Philosophale ainsi la pierre,Corps, antichambre...

Lire la suite

La levée d'écrou

La levée d'écrou

... Je serai quelque jour prochain, / Rendu à ma levée d'écrou, / Délivré de toutes mes craintes ... 1. Mais, je n'ai jamais cessé d'être ! Et qu'est ce donc en moi qui change, Suis-je autre, en devenir, toujours, Divers au chant de l'unité ? Et si, dans...

Lire la suite

Mort à l’ite

Mort à l’ite

Clovis Trouille (1889-1975) Le mandrill, 1934, détail Le tatouSans tabou Ni tintouinDu babouin Tatoué,Pas doué, Se déditDe l’édit Sans crédit,Contredit, Des mandrills− Entrent-ils ? Quel tabac !Ce débat Sans début̶ Quoiqu’on but À son butAu rebut. C’est...

Lire la suite

La fée carambole

La fée carambole

Nicolas Poussin (1633-1634), L'adoration du veau d'or, détail Il était une fois, dit-on aux enfants sages,On cherche à dessiner, sur leurs tendres visages,En leur âme chérie, les plus beaux paysages,À peupler leur sommeil des plus douces images. Le réel...

Lire la suite

<< < 1 2