Port-Bou

Port-Bou

Port-Bou, 1978, un souvenir en super 8 ... Je n’avais jamais vu la mer… Mon père en roi des chemins d’fer, Un jour qu’il allait sur Port-Bou, M’offrit, avec un soin jaloux, Une clandestine équipée Aux rives méditerranées. Et, ravi de la découverte, Penché...

Lire la suite

Cendres tièdes

Cendres tièdes

Image extraite de la bande dessinée « Feu de paille » d'Olivier Ka et Adrien Demont Nous avons entre nous fêté l’anniversaire. Une année, en un jour change de millésime, Le miroir impudent, là, nous dit « tu vieillis... » Quand pourtant notre sein demeure...

Lire la suite

Ricochet

Ricochet

... L’enfance heureuse est là qui bout de ce complot ... Ricochet d’une pierre en rebond sur le flot ... « Allons, tu le verras demain, » tançait la mère, « Demain, c’est aujourd’hui ! » râlait l’enfant buté, Petit bonhomme ardent, empli d’impatience,...

Lire la suite

Spéculations provisoires

Spéculations provisoires

... Eh, camarade dieu, je te laisse une chance, en mon cœur dédaigneux de ta protubérance ... S’il est un dieu, là-haut, il a besoin de l’homme, Sans lui, pour le chanter, que serait-il, en somme ? Notre œil nous suffit bien pour admirer le beau, Le rite...

Lire la suite

Ides et Enéide

Ides et Enéide

... Mais Didon se dédit des édits redondants, sans pardon les maudit ... Lorsque naquit Enée, Dit-on ; Lorsqu’il est né, On en fit un dicton Qu’un jour saurait Didon. Candide, on En fit don Aux rondes des menées Des on-dit décidés Des donneurs de séné....

Lire la suite

Qui vivra dira

Qui vivra dira

... Qu’importe ! Je m’applique et fourbis mon obole, chaque jour me suffit et qui vivra dira ... Dans les mortes saisons de nos rives sans fruit J’avance par le verbe un pion dans le réel. C’est ainsi, je bâti cette fable, sans bruit, Humble comme le...

Lire la suite

Chaire de mon désir

Chaire de mon désir

... Chaire de mon désir, sans nom, amer accent ... qui se perd en rumeurs aux lueurs couchant ... Le muscle poétique, en silence, travaille. L’athlète des mots pousse, ainsi, vaille que vaille, Le rocher de Sisyphe au sommet de sa rime, Y trouve l’infini,...

Lire la suite

Fortunes de terre

Fortunes de terre

Eugène, Boudin, (1824-1898), Mer agitée, détail Il est parfois de vives eaux Au chant secret de mes solstices, Lorsqu’en la marée du poème En chaque jour bat mon jusant. Ma langue morte y va s’usant, En l’estran que verbe parsème, Epaves y sont mes prémices,...

Lire la suite

Humbles victimes

Humbles victimes

Vous sembliez, humbles victimes, maudire la stupidité de notre folle humanité. Vous, cormorans Aux corps mourants, Vous enlisiez En nos lisiers ; Vos blanches plumes Souillées, gluantes de bitumes, Vos ultimes évolutions Elans brisés de pollutions. Là,...

Lire la suite

Boit-sans-soif

Boit-sans-soif

... avec la poire pour la soif, la terrible soif des boit-sans-soif … Les boit-sans-soif Mangent-ils sans faim ? Sans frein, qu’ils rongent, Rongent sans fin ? Quand les gloutons Donnent le ton, Le thon chasse le naturel, Au grand galop De la cuisine...

Lire la suite

Philosophie de l’instant

Philosophie de l’instant

Umberto Boccioni (1882-1916), Ceux qui partent, détail La vie n’a d’autre fin que la vie, elle-même, En la contemplation d’un vague théorème, Poème dans l’azur où s’épuise un regard. Et sur l’orbe fécond, voulu par le hasard, La virtualité a produit nos...

Lire la suite

<< < 1 2