Dérives du temps

Dérives du temps

Je suis cet œil ouvert ... esquissant un sourire ... Je suis cet œil ouvert, attentif aux épures. Mon oreille, aux aguets, entend, dans les murmures Des arbres, des forêts, dans les rumeurs du jour Une essence secrète où s’épanche un séjour. Alors ma...

Lire la suite

Le doute

Le doute

... Je contemple, en rêvant, la voûte des cieux lourds ... Inutile regard au monde en sa battue Je traîne mon dégoût dans la langueur des jours, Et, poète incertain où la muse s’est tue Je contemple, en rêvant, la voûte des cieux lourds. Sans cesse je...

Lire la suite

Cabu

Cabu

Jean Cabut, dit Cabu, né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne, assassiné à Paris le 7 janvier 2015 L’esprit, l’humour, la joie, le talent débonnaire, Le sourire tranquille et la foi dans l’humain, Non, rien de tout cela ne pèse vraiment lourd Face à...

Lire la suite

Chablis

Chablis

... Là, dans la solitude, à notre noir démon céder, compromettant notre âme en vain chablis, ... Pourrie par le mensonge où chacun fait sa geste, Notre société crie une muette souffrance, Et le regard vicieux des écrans pleins de peste Etale devant nous...

Lire la suite

Famine

Famine

Jean Cocteau (1889-1963), La belle et la bête Ce sont préceptes vains où nous agonisons Dans le fer des névroses. Cette bête veux boire, Qui se repaît en nous du sang et des entrailles, Passagers impuissants des essences amères. Et nous buvons la coupe...

Lire la suite

Opus cent

Opus cent

Leopold Kupelwieser, (1796-1862), portrait de Franz Schubert, 1821 Trio avec piano, violoncelle et violon, Deuxième mouvement. Grave, une mélodie Ample, suspend mon souffle, inexorable pas Marqué, pizzicato. C’est la marche immobile, Souffrance inéluctable,...

Lire la suite

Chanteur des rues

Chanteur des rues

Mais une âme, parfois, croise ce solitaire... Sonore grande voix, il tonne par les rues, Debout, un peu voûté, jouant l’accordéon Qui marque la mesure et scande sa chanson, Rythmée, sur les pavés, par le flot des passants. Il dit « malincunia, et la canzon’...

Lire la suite

Nourrisson du ciel

Nourrisson du ciel

... serai-je nourrisson des firmaments, demain, miroitants sur la mer ? Chaque pas que l’on fait nous mène à cette tombe Où va gésir, demain, ce peu que nous étions. Renversé dans la nuit, forme en la calme épure Du ciel silencieux qui couronnait nos...

Lire la suite

De sa vive incartade

De sa vive incartade

Penmarch, église Saint-Nonna, ex-voto Vient battre mon rappel, oh, ma libre mémoire, J’ai tant de jours décrits de mes trames discrètes, Tant de fois sacrifié à tes rites abstraits, Que j’ai bâti céans mon château de papier. J’ai tenté de relier ta chimère...

Lire la suite

Architecte du vent

Architecte du vent

Portail occidental de la cathédrale de Chartres, détail Nous ne sommes jamais qu’une somme de hontes Créanciers du réel en ses livres de comptes ; Dans la presse de l’heure affairés de nous-mêmes, Peuplant nos vains esprits de fumeux théorèmes. Voyez...

Lire la suite

Nos vœux

Nos vœux

... de cette fleur fanée, Sur l’épi moissonné de nos paroles nues... L’an passé je t’ai dit, ami « la bonne année ! Tous mes vœux de bonheur, surtout, porte-toi bien ! », Puis, dans le quotidien, lors, les jours sont venus, Et leur lot de plaisirs, et...

Lire la suite

<< < 1 2