Novembre incongru

Novembre incongru

Mais, pour l’heure, il fait bon, la vie semble facile, et les arbres en feu nous couvrent de corolles. Parfois une douceur, en plein cœur de l’automne, Evoque le printemps dès avant la froidure. Malgré des frondaisons la jonchée monotone, Lors, rêvons...

Lire la suite

Parturience

Parturience

... Qui sait lire le mot caché sous la rature, en la matière humaine où tout change et fluctue ... La parole est un lieu que le mal peut instruire, Envahie par l’ordure, ainsi qu’un champs de ruine, Champs de guerre inavoué parsemé de cadavres, Elle peut...

Lire la suite

Erbarme dich

Erbarme dich

Kathleen Ferrier, contralto, (1912-1953) J’ignorais tout, alors, de ce havre tragique.La suave mélodie du violon, chantournée,Captait mon attention malgré le rubatoEt les portamenti outrés de l’interprète. Et puis la voix, soudain, comme une fleur secrète,Et...

Lire la suite

Equinoxe

Equinoxe

... Et la nuit morte, ainsi, dédie à l’aube grise ... les ténèbres, blanchis ... C’est un fourmillement dans la neige salie… Et sont multiples, mille ou peut-être cent-mille, Empreintes révélées, piétinement têtu, Que font jour après jour les destinées...

Lire la suite

Discantus

Discantus

... Ecoute en cette ébauche qui nous transfigure ... Pour aimer, pour subir et battre notre attente ... Recherche l’harmonique en l’aube murmurante,Cette note diaphane expirée de la corde,Transparente, dans l’air où se meut son épure,À vibrer sous la...

Lire la suite

Au sépulcre du rêve

Au sépulcre du rêve

... Se tailler un linceul de la voile qui pend Et flotte vaguement dans la brise plaintive ... J’ai patiemment bâti, de mes désillusions,Le sépulcre latent où je porte mon rêve,Chaque jour, un à un, j’y viens ensevelirLes songes que jadis j’inventais...

Lire la suite

Au guindeau

Au guindeau

... Que mes vergues, là haut ... Garderont, en ces bords ... À l’heure d’épouvante où s’engloutit l’épave ... Quelque chose navigue, en moi, comme une étrave, Un silence oublié en de mornes langueurs, Sillage, sur la mer, que les vagues enlacent Et content...

Lire la suite

Les sœurs malignes

Les sœurs malignes

... Mais la brise et bise sont sœurs ... L’hiver ne voudrait pas mourir, Il raccroche en ses doigts venteux, Aux nuques nues des imprudentes, Echarpes trop tôt disparues. Pâles, pressées de par les rues, Silhouettes ne sont plus lentes, On trotte en maudissant...

Lire la suite

Théâtre d’ombre

Théâtre d’ombre

Philippe Caubère, interprète "La danse du diable" Je n’aurais pas vécu, j’aurais rêvé ma vie, Projetant, sur l’écran de mes paupières closes, Au rebours de mes jours qui s’épanchent dans l’ombre, La fiction délavée de mes désirs sans nombre. Là, dans...

Lire la suite

Comptine

Comptine

... J’en appelais à ton image qui calmait cet enfantillage, Grand-mère, et au son de ta voix ... C’était mon petit souvenir, Mon secret caché dans le noir Lorsque j’étais couché, le soir. Là, j’avais peur de voir venir Le monstre effrayant ma candeur,...

Lire la suite

<< < 1 2