Les faux amis

Les faux amis

Le baiser de Judas, extrait d'une fresque à Nohant-Vic Il est de la frairie de la gent cauteleuse, Il fait tout ce qu’il peut pour inspirer confiance, Il parle lentement, calmement, chaudement, Ecarte l’objection et pare à toute glose. Lisse, il est transparent...

Lire la suite

Le sommeil des anges

Le sommeil des anges

Christophe.leparoux, La chrysalide des anges, http://leparoux.blogspot.fr La tristesse habitait ma maison ; Pas le malheur ou la misère, Ni la gêne. Enfant, on ne sait rien du deuil Et la mémoire s’arrête au seuil du jour nouveau. Hier, c’était il y a...

Lire la suite

Où j’ai fait ma maison

Où j’ai fait ma maison

Il ne me fut jamais donné de me rejoindre, À moi-même étranger je ne fus qu’une errance, Étoile au point du jour en un ciel déjà mort. Concrète solitude aux jetées du remord, Objet de mon délire et sujet de ma stance Et parmi les poètes, sans doute, le...

Lire la suite

Près des rives d’Ilion

Près des rives d’Ilion

Pietro Paolo Rubens, (1577 -1640), La chute d'Icare, détail Je passe chaque jour devant l’aéroport, Le train marque l’arrêt, j’aperçois un avion, Au sol, ou parfois même en la piste d’envol. Et puis le train repart et je ferme les yeux. Je n’ai jamais...

Lire la suite

Aux fontaines du vide

Aux fontaines du vide

Carte du fond diffus cosmologique du ciel en entier, duquel on a soustrait la lumière de la voie lactée ; ce rayonnement a été émis il y a 13,77 milliards d'années et démontre des variations de températures de l'ordre des microkelvins. C'est étrange folie...

Lire la suite

Ma gerbe ductile

Ma gerbe ductile

Vincent van Gogh (1853-1890), Champ de blé aux corbeaux Puisque le temps nous ment, Puisque la vie nous quitte, Puisque le firmament Nous trompe en son invite ; Puisque, vide, le doute, Au vain puits de la nuit, Nous tient en sa redoute Ainsi l’outre...

Lire la suite

Synchrotrons

Synchrotrons

Ne sommes nous que trajectoires, Particules élémentaires Dans un grand accélérateur, Fait pour découdre le social ? Collusion d’un ordre primal, Décérébré par un moteur, Ainsi vont nos trames grégaires, Aux collisions de nos mémoires. À grand bruit, parcelles...

Lire la suite

Ta dague et ton gadin

Ta dague et ton gadin

Ta décade à deux sous, Un soin, poète, poète, Toi qui n’aime à toper À l’onomatopée ; Trop d’hallali Hélas, là, l’aire, T’as ta dague en dessous Et pomme paume empaume. Mâche un machin, Pullule un bide en ce bidule, Tâte un tas de gadins. Drôle est là...

Lire la suite

Aux portées du néant

Aux portées du néant

Ilia Iefimovitch Repine (1844-1930), Les Bateliers de la Volga Comme un enfant perdu dans la quête du temps, Dont le regard sérieux interroge l’instant, Dans le remord ardent de notre infanticide, Nous allons, sans livrée, où la voile décide. La nef de...

Lire la suite

Hier ist kein warum

Hier ist kein warum

Primo Levi, (1919-1987) Non, il n’y a pas de pourquoi, Le mal existe pour lui-même. Absurdement, il fait sa loi Et murmure en chaque phonème. Est-ce l’instinct du prédateur, Est-ce notre malédiction, Ou le dol scarificateur De notre chair en perdition...

Lire la suite

Au dérisoire accent

Au dérisoire accent

Maurits Cornelis Escher (1898-1972), Exposition d'estampes Quelle est ma vérité dans l’oracle du jour ? Dans le fragment que j’ai pour me faire une idée De ce peu que je vois des limites du monde, Où mon cœur outragé dévoile sa faconde ? Et que puis-je,...

Lire la suite

<< < 1 2