Pueri cantor

Pueri cantor

Son œil calme et paisible éclairait l’horizon Pur, comme l’aube blanche du petit garçon. Dessous l’abside austère où montait la prière Il disait « Salva me » à l’icône de pierre. Là, dans l’ombre extasiée, éclairée de musique, L’harmonie revêtait cette...

Lire la suite

Au verseau de ma rime

Au verseau de ma rime

L'auteur, à quelques cinquante années de distance... J’ai connu cet enfant qui gardait le silence, Presque toujours inquiet et coupable de vivre, Que la mort, au matin, le frôlant de son aile, Avait rendu muet du nom qu’il fallait taire. Dès avant la...

Lire la suite

Place de la mairie

Place de la mairie

La plus petite mairie de France, St Germain le Pasquier J’ai rendez-vous ce soir place de la mairie. En avance serai, voire à avoir le temps D’attendre ta venue en regardant les gens. Tu seras pas à l’heure, je sais, mais tant pis, Je serai là pour toi...

Lire la suite

Nocturne

Nocturne

1. Là où jouaient des gamins s’ébattent des oiseaux. Les pirouettes des filles, les cris des garçons Sont dissouts dans les airs et dans le soir distant. Le calme de nature environne l’instant D’une grâce précieuse, en la lenteur des sons Qui montent...

Lire la suite

Komodo

Komodo

L'oeil du dragon de Komodo Commode, dort un commodore À Côme, Andorre, où dore un cône, Icône d’or, au Komodo Qu’on nomme au dos des oxymores. Le monôme ado des Comores Commet le môme au kimono, Monod m’honore en cette faune, C’est qui Monod ? C’est Théodore....

Lire la suite

Accordéoniste

Accordéoniste

Accordéoniste dans les rue de Lausanne, par Matthieu Gigon Avec l’accordéon posé sur ses genoux, Assis sur un pliant, face à la librairie, Un vieil homme pianote et joue nonchalamment : La musique renaît sous sa main virtuose. Ce sont des airs anciens,...

Lire la suite

Dés en bulles

Dés en bulles

Faudrait l’aider, là, ce laid dé Dessous son dais, si décidé. C’est des scies d’haies, des six dadais Mandés déçus, si concédés Deux des cids et ci décédés Cessez dédits, c’est dit, cédés. Ici Médée mit ses idées Aussi ses ides, excédés, Sondés, ces dés...

Lire la suite

L’âme allume, elle

L’âme allume, elle

À Liselotte Hamm et Jean-Marie Hummel Haute, la Liselotte aime lotte À l’échalote. Là son châle ôte Et l’échalas allécha l’hôte. Genre, maris, dit Jean-Marie, Elus, me hèlent gens marris, Lu, mêle agent, à l’amarre, rit. D’elle et de lui le duo scelle,...

Lire la suite

Touristes

Touristes

Cathédrale de Strasbourg, détail à proximité du pilier des anges Dans l'ombre des venelles, vont, foules pressées, Avides, les touristes, grappes amassées, Pour contempler ces murs où l'histoire a passé En l'empreinte où le temps se fige, compassé. L'été...

Lire la suite

Corbeille de fruits

Corbeille de fruits

Giuseppe Arcimboldo (1527-1593), Tête à la corbeille de fruits La nana que tu es, Bonne poire muée, Me ramène sa fraise Et ma pomme en est aise. Sur le gâteau, cerise, Où ta pêche est de mise, Mi-figue mi raisin Oh, range ton pépin. En ma passion, sans...

Lire la suite

Nature morte

Nature morte

Jean-Siméon Chardin, (1699-1779), Ustensiles de cuisine Les poules effarées, haussées sur leur cou grêle, Errent, grattant, des vers , la terre nouricière. Points d’interrogations, écoute, échos, les « côôôt ?», Plaintive certitude, au fond des basse-cours,...

Lire la suite

Les tout-petits enfants

Les tout-petits enfants

Les tout-petits enfants gambadent en marchant, Les tout-petits enfants rigolent en parlant, Aussi, aussi souvent, ils vivent en rêvant Et rêvent en vivant, les tout-petits enfants. Ils aiment en criant dire qu’ils sont contents, Ils jouent, mais tellement...

Lire la suite

Aux héritiers du vent

Aux héritiers du vent

Guido Reni (1575-1642), Saint Matthieu et l'Ange Le verbe est héritage, aux arches de mémoire.Inscrite, en chaque geste, en le rappel de l’heureL’absence, sans pavois, longuement nous écorne,Puis nous porte à sourire aux rebours d’une moire. Présents,...

Lire la suite

Confitures

Confitures

... Qui fait mourir d’envie les frimousses sournoises ? ... Cerise acidulée que l’on porte à sa bouche, Doux et âcre, le suc d’une croquante agape Qui mouille, rouge sang, les lèvres écarlates : Réjouissante agonie des fraises et framboises. Qui fait...

Lire la suite

Salope

Salope

Istvan Orosz, né en 1951, Kecskemét, Hongrie, illusion d'optique, d'après Pieter Bruegel l'ancien Salope, tu me tournes autour, M’encerclant comme le vautour, Et, souvent, pour mieux me narguer, En ma déroute viens arguer Ton monologue d’infamie. Tu m’appelles,...

Lire la suite

Festin

Festin

"Les Jours Maigres", réalisé par P. van der Heyden, (vers 1530 -1576), d'après un dessin de Bruegel l'Ancien (vers 1525 -1569) On mange pas sa vie, c’est elle qui nous mange, Qui plante à notre échine un croc toujours avide, Quand nous croyons goûter...

Lire la suite

Veau d’or

Veau d’or

Turner (1775- 1851), Tempête de neige, vapeur à l'embouchure d'un port La machinerie hurle une absurde colère, Suant son monoxyde épandu dans les airs. Dans ce halètement de bruit et de fureur, Rumeur exaspérée et sourde d’un steamer, Malédiction écrite...

Lire la suite

Monuments aux morts

Monuments aux morts

Les Jules, les Marius, les Constant, les Victor, Les Siméon, Albert, Séraphin ou Hector Ces vieux prénoms gravés, qui les regarde encore Aux coeurs de nos cités que leur marbre décore ? Naïf est l’apparat des monuments aux morts, Mémoriaux glorieux filant...

Lire la suite

Le visage de l’amour

Le visage de l’amour

Il est tendre et tendu, il quête et il commande, Il brave et se soumet, ordonne et obéi, Il chante puis se tait aux clartés de la nuit, Le doux et impérieux visage de l’amour. Il est tout à la fois le quai au point du jour, La lame fourvoyée dans l’onde,...

Lire la suite

Vide antérieur

Vide antérieur

La voie lactee dans le Wyoming, photo Eric Hines 1. J'étais présent, déjà, dans le vide antérieur ; Je mûrissais ma forme offerte à maints naufrages Et j'étais le virtuel, veillant au néant bleu. J'ai connu depuis lors les divagations, Le mélange incertain...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>