Où culmine ma frime

Où culmine ma frime

Refuse avec dédain, poète un calembour, Sévérité, c’est vérité ; sérieux sert Au agapes du vers refuge en ton désert, Et contre paix, échange opale en bourg. Ah cette engeance en toi trame son vain discours, Qu’est-ce ? Tes pas, de ces appâts et de sornettes...

Lire la suite

Rue de l’observatoire

Rue de l’observatoire

Lea Vivot (1989) Le banc du secret, Montréal Un garçon, une fille, assis, là, sur un banc. Ils font salon à ciel ouvert, en se causant, À demi-voix et les yeux dans les yeux - de quoi ? Près de l’observatoire, au giron de la ville, Je sais un lieu désuet,...

Lire la suite

Hussard

Hussard

Théodore Géricault, (1791-1824), un hussard chargeant La mort tue la mort même et nous n’y seront plus Pour vaquer au tombeau devant l’heure mortelle. Hélas, enfin dissouts nous serons le silence, Roides comme la pierre et froids comme le marbre. Comme...

Lire la suite

Sous le parapluie

Sous le parapluie

L’onde ruisselle à nos fenêtres, Tout est noyé, se fait mouiller, La brume court sur la forêt, Gouttelettes sont promenoirs. Dans toutes flaques des sautoirs, Nul enfant ne sait l’ignorer, Boire la pluie, rire, touiller : C’est un bonheur aux petits êtres....

Lire la suite

Promeneur du soir

Promeneur du soir

El Greco, (1541-1614), L'évangile selon Saint Jean, détail Juste un pas de côté, dans la presse du monde, Le poème est ce lieu où ma trame s’abonde ; J’y enrichis, parfois, du doute que j’inscris Acronyme, la rime où se perdent mes cris. Je donne, partageur,...

Lire la suite

Promenoirs

Promenoirs

Alors, en l’aube ensanglantée, / Trame diaphane aux firmaments... 1. Comme ils sont du côté de l’ombre Les poètes, ces musiciens, N’aiment rien mieux que la pénombre Enluminée des jours anciens. Ils repeuplent la nostalgie De leur pâle mélancolie Où l’harmonie...

Lire la suite

Au dessin des rumeurs

Au dessin des rumeurs

Corinthe, Jeune homme jouant de la lyre, vers 500 av. J.-C. Ces quelques mots, encore, avant que la nuit vienne, Ma lyre n’est point morte, ou froide ma lanterne, Mon œil sombre reluit sous ma paupière lasse Et ma lèvre s’enquiert où la muse conspire....

Lire la suite

Maraudeur

Maraudeur

La marelle, c’était les filles, Les garçons, nous jouions aux billes, Aux gendarmes et au voleurs, Jusqu’aux sonnettes des quatre heures. Mais moi je n’aimais pas l’école Et lorgnais, loin des farandoles, Ceux dont je craignais les risées, Les bourrades...

Lire la suite

À Monsieur de Saint-Exupéry

À Monsieur de Saint-Exupéry

Antoine de Saint-Exupéry, (1900-1944) La vie me souriait lorsque j’étais enfant, Le soir me recevait, avec mon impatience, Et le matin cueillait, comme un nouveau mystère, L’enthousiasme du jeu que le désir prolonge. Et puis un jour survient où tout n’est...

Lire la suite

Où le vent tourbillonne

Où le vent tourbillonne

Claude Monet,(1840-1926), les coquelicots à Argenteuil Il est sur les talus de rouges fleurs sanglantes, En les abords de juin innombrables et franches, Est-ce, tragiquement, l’œil des assassinés Qui viennent au printemps susciter les regards ? Ceux d’un...

Lire la suite

Souris

Souris

Chétive, elle est menue comme un petit garçon, Demoiselle loquace à bientôt cinquante ans ; Elle a le verbe fort et mord et se défend, Qui donne son avis sans rime ni raison. À l’homme elle préfère nichée de souris Dans leur cage, choyées de graines,...

Lire la suite

Entre chien et loup

Entre chien et loup

Quand j’aurai terminé la liste minuscule De mes petits bonheurs, je poserai ma plume Puis j’attendrai, serein. La liste n’est pas longue Et brève ma musique... On peut durer encor Quand perdure l’enfance au chevet de ce corps, Mais le temps qui s’enfuit,...

Lire la suite

Chasse-marée

Chasse-marée

Mon armada de mots, au port de mon angoisse,Lève l’ancre, céans, frise où la mer se froisse,À l’encan de ma vie, quotidienne imposture,Errance aux vents épars, tresses en sa mature. Mes voiles, songeries, mon pavois d’infortune,Du beaupré qui frémit jusques...

Lire la suite

Des vertes incartades

Des vertes incartades

Alberto Giacometti, (1901-1966), enfants au lit Les tout-petits enfants ressemblent à des flammes, Il brûle dans leurs yeux, le feu qui les étreint, Leurs cris, leurs ris, leurs jeux, leurs gambades jolies, Leurs cabrioles sont le parfum de la vie. Ils...

Lire la suite

Vermine

Vermine

Ce masque de carnaval morbide n'est qu'un asticot, vu de très, très près... Un asticot jaloux de mon rire mortel S’en vint se balader entre lèvre et gencives Y cherchant le secret qui me faisait chanter. Hélas, j’étais crevé et pour toujours je crois...

Lire la suite

Post mortem

Post mortem

... Là je converserai avec d’autres poussières, pareil à ce limon que furent mes ancêtres ... Je ne veux point renaître après l’ultime souffle. Versez, versez ma cendre au chemin des Roudelles : Là, je veux me dissoudre en cette ancienne terre Où errent...

Lire la suite

Quand Dino sort

Quand Dino sort

Ondine, on sort chez Dinosaures ! Les Dinos dînent au Zoo… Mais qu’en dit le Dimétrodon ? Qu’il fait dix mètres, maître, donc ? Ou qu’au métro il fit un don Le don redondant d’un dindon ? En tirant le Tyrannosaure Au top, dit le Tricératops, Cette gosse...

Lire la suite

Funambule

Funambule

Nous sommes funambule au fil de l’existence, Baladin d’improbable aux seuils de notre errance, Peuplée de vains discours en la pose grotesque, Mendiant d’éternité en la rive insulaire. Nulle part, à jamais sans repos, solitaire, On cherche l’équilibre...

Lire la suite

Kristallen den Fina

Kristallen den Fina

Une langue inconnue n’est que sonorités… La poésie renaît, pourtant, de ce mystère Qui charme notre oreille où la parole, nue, Déshabillée du sens, est la porte d’un rêve. Brise, l’imaginaire en nos voiles se lève Et construit son voyage en la vergue...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>