Cloaques

Cloaques

Edward Munsch, (1863-1944), Le cri Esclave de soit même à n’y pouvoir tenir, Habité de pulsions, habillé de mensonge, On porte cette image aux mornes épousailles Où le paraître va boursoufler le néant. De se savoir si nu, si vague, si béant Et tenter...

Lire la suite

Le temps de déraison

Le temps de déraison

Le Caravage : Bacchus Voici venu le temps de déraison, Les fruits sont mûrs... Le vent berce mon coeur adolescent : Oh, mais s'il dure, Verses-y mon amour, me délaissant, Ton âme pure ! Il n’est point l’heure encore, ou la saison Du sage azur ; Follement...

Lire la suite

À l’amitié

À l’amitié

Giuseppe Arcimboldo (vers 1527-1593), Le garçon Nous fûmes assemblés naguère en tes pénates, Ami, hôte d’un soir et l’éclat des bouteilles, Aux miroirs de nos yeux, de nos trognes vermeilles, Fit brûler l’amitié sur notre simple agape. Le lard et les...

Lire la suite

Les échecs

Les échecs

... « Echec au roi, pensais-je, et mat au prochain coup… » ... 1. « Eh, dis donc camarade, on pousse un peu de bois ? » Tu m’apprenais alors de la reine et du roi Des fous, des cavaliers, les subtiles arcanes ; Quand, lassés des soirées où le parler cancane,...

Lire la suite

Chlorophylle

Chlorophylle

... Je découvris enfin ta frimousse engluée De verte chlorophylle... Tu étais agrippé au tube dentifrice…Échappant à ma vue, distrait par un poème Qui poussait en mon crâne et fronçait mon sourcil,Galopin, garnement, vilain sac à malice ; En douce profitant...

Lire la suite

Qu’en dit Didon candide ?

Qu’en dit Didon candide ?

Ce que dit de Didon, Dis, le daim au dindon, Pardi digne d’un don, Aux digues, carillon Carillonne, dingue, donc ! Cendrillon, ding, ding, dong A minuit, bottillon, Boitillant perd ses dons. Mais voyons, allons donc, Pantoufle en vers, pardon, De vair...

Lire la suite

Cantabile

Cantabile

Andrea Sacchi (1599-1661), Didon abandonnée Cueilli et mis à nu ; bouleversé, vaincu Et comme transpercé ; le cœur enflé soudain, Les yeux emplis de larmes et, dans l’air raréfié, S’effarer d’exister, touchant peut-être à Dieu. Comme de l’émeri, toujours...

Lire la suite

Le seuil des solitudes

Le seuil des solitudes

... Là haut, dans les éthers, oscillent les planètes ... Le temps n’existe pas, seulement on vieillit.Là haut, dans les éthers, oscillent les planètes,Où les mondes s’effondrent, des nuées ardentesProduisent des soleils et des astres nouveaux. Mais les...

Lire la suite

Tempus fugit

Tempus fugit

Francisco de Goya, (1746-1828), Saturne dévorant ses enfants Le temps, Qui prend son temps, Nous attend, Nous attend. Il sait qu’inéluctablement Les heures passent infiniment Nous menant, nous manants Vers la dernière, évidemment. Et, debout dès la première...

Lire la suite

Le filou

Le filou

on leur fait des pétards ! Et aux filous, tu sais ce qu'on leur fait aux filous ? Non, je sais pas. On leur fait des bisous... Et aux gredins, tu sais ce qu'on leur fait ? Non ? On leur fait des câlins aux gredins... Et aux fripouilles ? Aux fripouilles...

Lire la suite

Rue de Rivoli

Rue de Rivoli

59 rue de Rivoli, en 2006 Nos rendez-vous sont révolus Au coin d’la rue De Rivoli Souvenez-vous de nos folies Quand vous veniez, catimini, Au douze, en douce Et côté cours par le jardin. Je vois encore votre œil mutin Sous l’or fauve des boucles rousses…...

Lire la suite

Léa et Léo

Léa et Léo

... L’est allée où, Léa, l’est où Léo, là-haut ? ... Ah, Léa, allez à l’hévéa ! L’aléa Était haut, mais, hélée, zélée, olé, olé Ailée, oh là là, allez, allez Léa ! Ah, Léo, allez à l’aloès ! Mêlé, oh, Hâlés, léguant, légaux, les haies, ola, ola Isolant...

Lire la suite

Le sonnet à beau bis

Le sonnet à beau bis

( T’es point là, ah, née sole ! ) ... Mon sonnet ébaubi à Bobby, là se pointe ... J’étais en thalasso, mais j’en étais lassé.Ma personnalité de personne alitée,S’était décomposée dès qu’on posait ses taies.Déçu et désuet, j’ai voulu, à vous lire, Imiter,...

Lire la suite

Lagarde et Michard

Lagarde et Michard

Je ne suis pas sûr que c'était celui-là, mais il y ressemble bien... Au collège Pierre de Ronsard Je lisais Lagarde et Michard, Apprenant la littérature Et du poème la mesure. J’habitais rue Arthur Rimbaud Dedans la patrie des émaux Et me rêvais déjà...

Lire la suite

Le nez

Le nez

... Le voici dans ma main, bouche bée, sage, enfin ... Il a râpé son nez, couvert de rouge sang : Bobo peinturluré, fièrement arboré Pour signifier au monde une grave blessure Qu’il a reçue tantôt. Cyrano de quatre ans Il ignore les vers et ne sait pas...

Lire la suite

BWV 869

BWV 869

C'est un homme qui marche et que, sereinement Une pensée devance et mène, calmement, Vers l'intime horizon d'un sublime prélude, Œuvre antépénultième en un livre d'étude. L'infini s'y découvre au regard du Cantor, Intime dénuement qui infirme la mort...

Lire la suite

L’escargot

L’escargot

Je suis un escargot. Ma tendre carapace Enferme une chair nue, menacée d’impudeur, Si lente à se mouvoir, si prompte à s’emmurer. Toujours en mon voyage demeure amarré À l’hélice trapue qui recèle mes peurs, En ce baveux sillage où se glisse ma trace....

Lire la suite

Dans le cours du fleuve

Dans le cours du fleuve

C’est un fleuve de mains, partout, qui nous ignore, Tant de vies rassemblées en nos présences closes, Tant de corps esquivés en ces étranges gloses Silences parcourus d’un mutisme sonore. Des mots pour dire rien, des paroles pour taire, Des gestes quotidiens...

Lire la suite

Les Grillons

Les Grillons

Vincent van Gogh, (1853-1890) La sieste, d’après Millet Grille, grille grillonTes trilles, quand l’air brille,Tu chantes ta chansonDont la scie nous étrille. Garçons, sur les gazons,Dans l’été qui scintille,Nous vous pourchassionsEn agaçant les filles,...

Lire la suite

Pli selon pli

Pli selon pli

Au milieu de la foule, en représentation, Fanfaron rempli d’aise et de satisfaction, Il parait, semble-t-il, tout heureux d’être lui. N’est-ce qu’une attitude ou bien n’est-ce qu’un bruit ? Il plastronne, ce con, interpelle chacun, Et sourit platement,...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 > >>