Soif de mordre

Publié le par Lionel Droitecour

Soif de mordre

D’une douleur de plus, ce soir j’ai l’âme en berne,
Allons, il suffira pour attendre la nuit.

J’ai tant d’appels anciens pour colorer mon bruit
Tant de frayeurs enfouies en ma vieille giberne.

En perce, de l’espoir, la futile citerne :
Nous avons soif d’aimer et de mordre un beau fruit.

février 2016

 

Publié dans Fongus

Commenter cet article

Evy 15/09/2018 22:01

Très beau bonne soirée à toi bisous