Apollinaire

Publié le par Lionel Droitecour

... Que vous la sussiez, damoiselle / L’aimable vie de l’Hospodar ...

... Que vous la sussiez, damoiselle / L’aimable vie de l’Hospodar ...

Je lisais les onze milles verges,
Livre du grand Apollinaire
Qu’on se passait, sous le manteau,
Rêvant d’une métamorphose...

« Comment, vous ignorez la chose ?
On est loin du pont Mirabeau,
La rime en est plus que sommaire
Et nous emmène en d’autres berges…

C’est l’histoire, eh bien… d’un fêtard.
Si vous étiez plus que pucelle,
Je vous permettrais d’en juger,

Hardiment et sans préjugé
Que vous la sussiez, damoiselle
L’aimable vie de l’Hospodar. »

mai 2007

 

Publié dans Calembours

Commenter cet article