Bel enfant

Publié le par Lionel Droitecour

" ... Tant pis. Au moins ce jour on marquera la pause ... "

" ... Tant pis. Au moins ce jour on marquera la pause ... "

À l’an nouveau toujours on souhaite quelque chose,
La santé, le bonheur et cent désirs encore :
Le mal est, un instant, prié de disparaître.

On sait bien quelque part, qu’il s’enhardit ce reitre,
Qu’une armée de soucis nous guette dans l’aurore,
Et que demain sera la chaîne d’une cause.

Tant pis. Au moins ce jour on marquera la pause,
L’amour et l’amitié, où le matin pérore
Semblent ce bel enfant joyeux qui vient de naître.

janvier 2016

Publié dans Sensation

Commenter cet article

A
"L’amour et l’amitié, où le matin pérore
Semblent ce bel enfant joyeux qui vient de naître."

Joliment écrit, cher ami, moi aussi ai envie d'ouvrir une petite parenthèse, lucide mais sincère, en te souhaitant beaucoup de moments de lumière et de bonheur en cette année nouvelle, qui n'en a bien sûr que le nom, car nous et notre pauvre monde sommes restés les mêmes...

Mais pour un moment "marquons la pause" et faisons semblant de croire que tous nos vœux et souhaits arriveront à maturité, enveloppés de papier "d'harmonie", saupoudrés d'amour et d'amitié, portés par des mains invisibles et bienveillantes...
Répondre