Âpres et creux

Publié le par Lionel Droitecour

... Car nous ne sommes pertinents ...

... Car nous ne sommes pertinents ...

Il dort en nous, le nombre d’or,
Énigme de ce nœud Gordien ;
De notre propre apocalypse
Équation de ce monde ancien.

Ombre vague sous la paupière,
Cristalline comme le gypse,
Philosophale ainsi la pierre,
Corps, antichambre et corridor.

On le cherche sa vie durant
Alors qu’il nous crève les yeux,
Épars en tous nos continents.

Car nous ne sommes pertinents,
Légers, hâbleurs, âpres et creux,
Et le doute, en nous, perdurant.

février 2013

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article