Rouet d'amertume

Publié le par Lionel Droitecour

... Et puis enfin confit de tout ce repentir / ... Contempler son absence au quatre coins du ciel ...

... Et puis enfin confit de tout ce repentir / ... Contempler son absence au quatre coins du ciel ...

Heurter à chaque pas un autre souvenir,
Sentir monter en soi la vague qu'on veut taire,
S'enfermer dans le deuil à oublier de vivre
En refusant de voir le moindre éclat du monde.

Perpétuer ce mal qui nous fore et nous sonde
Agonisant dans l'onde où nul ne peut nous suivre
Et traîner son courroux en l’ombre, solitaire,
Que nos chagrins ne savent, tombes, contenir.

Se complaire au rouet d'amertume et de fiel
Polissant sous la nue l’impuissant anathème
Que le dieu qui nous nargue invite à retentir.

Et puis enfin, confit de tout ce repentir,
Muré dans le silence, effarouché et blême
Contempler son absence au quatre coins du ciel.

 

septembre 2008

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article