Le papillon et la lumière

Publié le par Lionel Droitecour

... Lors, de sa solitude il ne se plaindra pas / Il déteste l’éclat et le bruit de la fête ...

... Lors, de sa solitude il ne se plaindra pas / Il déteste l’éclat et le bruit de la fête ...

Au cénacle des muses on distribue les prix :
Circonspect, le poète, néanmoins content
Sur une estrade nue paraît un court instant
Timide gauche grand papillon ébloui.

Il balbutie, gêné, trois mots de circonstance
Puis retourne s’asseoir aux côtés de l’oubli,
En cette quête étrange où le silence prie,
Dans ce questionnement où gémit sa substance.

Les honneurs sont finis, il se coltine au verbe
À cet âpre combat, cette inutile gerbe
Qu’il lie comme un têtu en marmonnant tout bas.

Lui, préfère la nuit qui cache sa défaite,
Lors, de sa solitude il ne se plaindra pas :
Il déteste l’éclat et le bruit de la fête.

avril 2009

Publié dans Art poétique

Commenter cet article