Mémoires moires sont

Publié le par Lionel Droitecour

... Je me torture le cerveau pour me souvenir de son nom ! ...

... Je me torture le cerveau pour me souvenir de son nom ! ...

Son visage m’est familier, c’est une vieille connaissance :
Je le salut, il me répond, nous devisons…
- Je me torture le cerveau pour me souvenir de son nom !

Hélas, bon sang, mais flûte ! Zut, crénom de nom !
Mémoires moires sont, miroirs aux illusions !
Je bafouille, m’enferre et perd ma contenance,

Pense à me défiler quand soudain il me lance :
« C’est bête, l’on vieillit, quoique nous en disions,
Rappelle moi, veux-tu, quel est donc ton prénom ? »

octobre 2013

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

A
Je me reconnais fort bien dans ce poème, parfois ça donne des quiproquos plutôt gênants sur le moment, par exemple lorsqu'on confond des personnes... Bien vu, en tout cas !
Répondre