Tant de fois tombé

Publié le par Lionel Droitecour

... Nihil, non avenu, atone et presque informe ... seul devant l’inconnu et prisonnier du temps ...

... Nihil, non avenu, atone et presque informe ... seul devant l’inconnu et prisonnier du temps ...

Et voici que je pousse un peu plus loin ma peine,
C’est un effort de plus en la rive concrète.
Combien de jours, déjà, de ma détresse ont fuit,
Combien de joies perdues en d’absurdes liesses ?

Être pour exister, sans nul autre projet
Que ce vain entrechat en ce vain tour de piste,
Et vaquer vers le soir sans plus de certitude
Que la perte de soi en ce hasard sans but.

Nihil, non avenu, atone et presque informe
En ce marché de dupe où le corps va sombrant,
Seul devant l’inconnu et prisonnier du temps.

Certes, l’on va parfois vers la rive, exultant,
Mais si peu de seconde en la lente agonie,
Et tant de fois tombé sans trouver de relève.

avril 2015

Publié dans Le temps

Commenter cet article

A
"En ce marché de dupe où le corps va sombrant,
Seul devant l’inconnu et prisonnier du temps."

Beau résumé de notre Matrice, je plussoie ! :-)
Répondre