Sodade

Publié le par Lionel Droitecour

Incomparable « diva au pied nus », Cesaria Evora (1941-2011)

Incomparable « diva au pied nus », Cesaria Evora (1941-2011)

Ça fait bouger dedans, là, ça remue le cœur
Ça
monte et houle et ça reflue, ça fait rêver
Ça chante, la musique et ça déhanche et danse
Et l’âme elle en sourit dedans, même en pleurant.

Longtemps, longtemps, comme si c’était l’océan
Ça tape là-dedans, élan, et ça s’avance
Et puis ça recommence, ah, ça veut pas crever !

Ça lance et panse la douleur, là, sans rancœur.

Et ça tue le silence où c’est comme une chance,
Une mer infinie où la vague s’épanche,
Epuisant la souffrance en la nostalgie blanche.

Alors les yeux baissés, serrés, cadenassés,
Mais pas fermés, on trouve un sens à notre errance
Où s’accordent nos voix cassées, sans se lasser.

juin 2009

Publié dans Musique

Commenter cet article

A
Très beau, je m'étonne que tu n'aies pas mis un lien vers cette très belle œuvre, oubli ? :-)
En voilà un :
https://www.youtube.com/watch?v=ERYY8GJ-i0I
Répondre
A
Salut Lionel ... J'adore aussi Cesaria Evoria ...
( Juste un petit truc pour le Ç de Ça ... alt-0199 ... et tu peux voir également cet article : http://www.lereveil.info/2015/06/c-facile.html )

@t

alain
Répondre
A
O.K ... alors je reposte
" Ça fait bouger dedans, là, ça remue le cœur
Ça monte et houle et ça reflue, ça fait rêver
Ça chante, la musique et ça déhanche et danse
Et l’âme elle en sourit dedans, même en pleurant. "
Ton poème est trop beau Lionel :-) ...

@t
alain
L
A-y-est !
Comme disent les petits...