Fleur de sel

Publié le par Lionel Droitecour

... Même le souvenir se détruit peu à peu ...

... Même le souvenir se détruit peu à peu ...

J’ai vu ce vieux parent, qui n’est plus qu’un fantôme,
Absenté de lui-même aux rives de carence,
Et je sais qu’il est proche, le temps des adieux.

Toi qui fus une borne, en ce passé lointain,
Vers laquelle je penche au gré des nostalgies,
Je te vois peu à peu effacé de ta vie.

Hélas ! Le mal éteint ce feu dans ton regard,
Cette bonne malice dans ton œil madré
Et jusqu’à ton sourire figé par le givre.

Même le souvenir se détruit peu à peu,
La gouailleuse parole à ta lèvre prostrée,
Et nous avons, pour seul refuge, le silence.

Ma visite devient sombre cérémonie,
Je vais à toi ainsi qu’on va sur une tombe,
Et je reviens plus triste, encore, à chaque fois.

Tantôt je n’aurai plus de toi, que la prébende,
Ici dans, le grimoire, en ce marais salant
Où mémoire sera larmes à fleur de sel.

juin 2015

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

A
Magnifique poème sur la déclinaison d'un être cher, nous avons presque tous connu ces moments de tristesse...
Tel est le destin de l'être matériel, le fameux "monter, briller, descendre" qui caractérise ce monde dialectique et qui nous montre avec cruauté nos limites.
Car notre monde est au fond cruel et mensonger, ce qui rend peu probable l'hypothèse qu'il soit une création purement divine, à supposer que cette Divinité soit comme on nous l'explique Amour et Perfection...
D'où la révolte qui gronde en nous, car nous sentons confusément l'injustice et l’ambiguïté de notre destin.
Répondre