Les fraises

Publié le par Lionel Droitecour

... Fruits rouges gorgés de saveurs et goûters ivres et sanglants ...

... Fruits rouges gorgés de saveurs et goûters ivres et sanglants ...

Les fraises me faisaient rêver…
Nous allions à l’Economat
Pour y faire nos commissions.
En ces temps on ne disait pas

Les courses. On ne se servait pas,
De soi-même dans les rayons.
Il y avait, croisant ses bras
Derrière un comptoir élevé,

Où je m’agrippais des deux mains,
Debout, sur la pointe des pieds ;
Dans sa blouse, et regard serein,
Tout en rondeur, un épicier.

On le traitait avec égard,
Bonhomme à la toute puissance,
Qui faisait luire à nos regards
L’or de la corne d’abondance.

Les parents disaient, entendus,
« Il faut ceci, et puis cela,
Peut-être encore… et plus,
Et de ça, j’oubliais, voilà… »

Et nos denrées sur le comptoir,
Devant mes yeux de garnement,
Telle montagne dans le soir
Culminaient, vers le firmament.

Je pensais que c’était donné :
J’ignorais ce qu’était l’argent,
Et je n’étais pas étonné
Quand l’homme généreusement

D’un bonbon rose, acidulé,
Achetait notre bonne mine.
« Dites merci ! Vous les gâtez… »
Ma mère entrait dans la combine

En assaut de civilité.
Et pendant qu’ils parlaient, les grands,
Que mon bonbon se délitait
Contre ma langue le suçant,

Je regardais jalousement
Sur l’étui du kilo de sucre
Un enfant rose et souriant.
Il avait devant lui, quel lucre !

Une assiette pleine de fraises
Qu’il roulait dans le sucre blanc.
J’en étais comme rempli d’aise
Dans ma tête dressant des plans :

Fruits rouges gorgés de saveurs
Et goûters ivres et sanglants
Pleins d’un écarlate bonheur
Déversé dans mon cœur gourmand.

Et ce très ancien souvenir
Se réveille immédiatement
Dès qu’il m’arrive de sentir
Des fraises le parfum grisant.

Je revois deux petits enfants :
Celui d’hier, tel que je fus
Et celui qui me plaisait tant,
Naïf écho des jours perdus.

mars 2006

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

Avisferrum 27/12/2015 11:40

C'est lorsqu'on atteint l'âge où l'on commence à "sucrer les fraises" qu'on apprécie tout particulièrement ce genre de poème, qui sait raviver avec talent nos souvenirs et émotions d'enfant et nous fait retrouver pour un instant un peu de notre candeur passée...
En évoquant tes propres souvenirs tu redonnes vie aux nôtres, c'est la magie de la poésie !

LADY MARIANNE 20/12/2015 11:19

que c'est poétique ce simple souvenir d'enfant devient un conte merveilleux pour les grands-
bisous amicaux-

Luma 20/12/2015 08:26

M I A M....,

Je salive .., en ce jour bizarre et doux du 20 décembre ...

D O U C E U R...

Lionel Droitecour 20/12/2015 08:53

Il nous reste à choisir entre les fraises importées du bout du monde ou les confitures... Préférons ces dernières, cela sera plus éco-responsable.
Et pour les confitures, je te renvoie vers ce lien :
http://www.lesvieilleslettres.com/2014/05/confitures.html