Au lendemain propice

Publié le par Lionel Droitecour

... Ainsi, entre deux corps, vient naître l’espérance ...

... Ainsi, entre deux corps, vient naître l’espérance ...

L’enfance invoque en nous les semences d’humains,
Ouvre l’âme au meilleurs de ce qui nous anime
Et provoque nos cœurs à cette élévation
Qui fait notre richesse en la geste d’aimer.

Le nouveau né soudain, miracle, vient semer
En nos yeux dessillés la flamme d’affection,
L’amour y cherche enfin sa plus parfaite rime
Et la vie révélée trouve sens en nos mains.

Ainsi, entre deux corps, vient naître l’espérance
Dans un vagissement, prémices d’avenir,
Et cette âme à bâtir devient notre maison.

En nous l’été fleuri appelle la saison,
Racine où vient mûrir l’automne en devenir
D’un lendemain propice à porter notre absence.

juin 2012

Publié dans Enfance

Commenter cet article

L
Trés beau ..
Que dire de plus .., à part que ce n'est pas toujours vrai pour tout le monde.
Je suis témoin dans le cadre de mon travail de personnes démunies, où le nouveau né ne sème pas la flamme d'affection ...
Nous sommes alors là pour confier l'enfant à ceux qui ont cette "richesse d'aimer".
"Le nouveau né soudain, miracle, vient semer
En nos yeux dessillés la flamme d’affection,
L’amour y cherche enfin sa plus parfaite rime
Et la vie révélée trouve sens en nos mains"
Répondre
L
Oui, bien sûr, ce que je décris ici est une sorte de palais idéal, celui dont on rêve pour chaque enfance en notre monde tourmenté.
Nous savons bien, hélas, que la réalité n'est pas toujours au rendez-vous des songes...