Prunelles embuées

Publié le par Lionel Droitecour

Prunelles embuées

J'ai terminé le jour par une pirouette,
Frotté le calembour contre ma langue muette,
D'un sourire grimé ma secrète grimace
Et chargé ma douleur en cette onde qui passe.

Il n'en fut pas dupé, l'ami, à mon coté,
Et son propre sourire, emberlificoté,
Qui répondait au mien en feignant l'insouciance
A doucement comblé ma lice de souffrance.

Comme si l'avenir en nos mains radoubées
Appartenait au seuil de nos âmes courbées
Nous avons devisé, longuement, de concert,
Sans le dire jamais, ce mot là, le cancer.

Ainsi œuvrions-nous, au champ de l'effusion,
À saupoudrer l'azur d'une belle illusion
Qui dormait en nos cœurs et dansait dans nos yeux,
Prunelles embuées faisant cligner les cieux.

juin 2015

Publié dans Fongus

Commenter cet article

F
un beau poème mais dur
Répondre
A
Très beau, ce poème, vraiment...

Ton commentaire : "Depuis que la bestiole me ronge, j'ai pris pour parti de la narguer en face." me fait une fois de plus entrevoir l'extraordinaire dilemme de notre monde, dont nous sommes en même temps créateurs, scénaristes et acteurs, avec des conséquences bien différentes selon que nous endossions l'une ou l'autre casquette...

Tu as choisi pour l'instant d'en être acteur, avec beaucoup de courage, de lucidité et de tendresse, je t'en suis très reconnaissant car tu m'ouvres à chaque poème de nouvelles fenêtres vers d'autres perspectives, perspectives qu'on pourrait croire vers ton monde intérieur, mais celui-ci n'est à bien y regarder que le voile diaphane qui nous sépare de l'infini...
Répondre
L
bonjour !
triste pensées- il faut garder le moral - c’est important pour guérir-
j'espère que depuis juin c'est mieux ?
amitiés !!
Répondre
L
Plus que de tristesse, il s'agit de lucidité.
Depuis que la bestiole me ronge, j'ai pris pour parti de la narguer en face.
Un croc-en-jambe pour la camarde si jamais elle carde de trop près. C'est la manière dont je m'en garde.
Pour le reste, chère Lady, et sans doute un peu grâce à vous, je compte de nouveaux lecteurs.
Et çà, c'est très bon pour mon moral !!!