Parmi l'instant vermeil

Publié le par Lionel Droitecour

Gustave Caillebotte (1848-1894), Les rameurs

Gustave Caillebotte (1848-1894), Les rameurs

Merci encore, ami, pour la conversation
Et les belles idées que nous avons troussées
Dans les gloses de l'heure, en sa libre jactance,
Déjà évaporées parmi l'instant vermeil.

Pour rebâtir, en toi, je trouve mon pareil,
Une bière suffit : nous sommes en partance,
Au cap de l'espérance, oh, certes, émoussées,
Nos âmes, sentinelles, restent en faction.

Après forces rasades nous en conviendrons :
Ce monde est à refaire et l'urgence est de mise,
Allons, vidons nos verres, tentons l'algarade !

C'est le même refrain, toujours, mon camarade,
Demain est déjà vieux, qu'importe la promise,
L'avenir est la soute où sont nos avirons.

novembre 2014

Publié dans Amitié

Commenter cet article

F
unir ses forces pour avancer
Répondre
F
unir ses forces pour avancer
Répondre
F
unir ses forces pour avancer
Répondre