Jouvence d’un instant

Publié le par Lionel Droitecour

Sandro Botticelli (1445-1510), Les trois grâces, détail

Sandro Botticelli (1445-1510), Les trois grâces, détail

1.
Trois filles dans le tram racontent leurs histoires.
Jeunes, fraîches, jolies, semblables et frivoles
Gamines là, grandies aux parfums de bonbons ;
‒ À leurs bouches le nom et le cœur des garçons.

Entre elles la parole fuse, truchement,
Gouailleuses elles pérorent, immodérément,
Gestuelles et postures, vives farandoles,
Théâtre de jeunesse, irisant toutes moires.

Et je ferme les yeux, pour les entendre bruire ;
Tant pis pour le poème, la muse attendra,
Je me laisse bercer par cette effervescence.

Je n’étais point heureux, en mon adolescence,
J’attendais... sais-je quoi ? Et qui me comprendra ?
Seul en ma tour d’ivoire, hautain en mon empire.

2.
Je ne connus jamais de telles connivences,
Fuyant le groupe, amer, complaisant à moi-même,
Renfermé et maussade ; blessé, en vérité,
Malade et incertain de toute altérité.

L’âge est passé sur moi et les brises d’automnes
Rappellent aux tiédeurs des rigueurs monotones.
Resté sur la jetée, mon navire bohème
N’a su les alizées, les mers, ni leurs béances.

Je me suis effondré, ruiné de part en part,
Et je n’ai pour tribut que la lucidité,
Epave chavirée par l’autodérision.

Trois filles, un instant, par leur libre effusion
Ont réchauffé mon âme. Avec avidité,
Je buvais leur jouvence ainsi rare nectar.

juin 2015

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

F
un petit moment de bonheur qu'il fallait saisir
Répondre
A
"Je me suis effondré, ruiné de part en part,
Et je n’ai pour tribut que la lucidité,
Epave chavirée par l’autodérision."

Ah... Tu es loin d'être effondré, mon ami, et encore moins une épave !!
Ces trois jeunes filles t'ont juste rappelé que la vie t'a bien vite arraché à l’insouciance - ou inconscience - pour te faire voguer vers des horizons plus tourmentés, en un voyage plus difficile.
Une fois qu'on a été poussé sur cette voie nul retour n'est possible, d'ailleurs le serait-il que tu ne le voudrais pas, car au fond de toi tu sais que pour trouver la Lumière il faut d'abord affronter l'ombre... et comprendre sa véritable nature.
Répondre