Enterrement de la luciole

Publié le par Lionel Droitecour

Image extraite du film "Le Tombeau des lucioles" d'Isao Takahata, 1996

Image extraite du film "Le Tombeau des lucioles" d'Isao Takahata, 1996

Et processionnent les fourmis
Pour rendre leur dernier hommage ;
Les veuves noires sont en deuil :
Las ! La luciole s’est éteinte.

Avec quelques feuilles d’absinthe
On l’a couché dans un cercueil
Fait de brindilles et, sans tapage,
Religieuse, la mante prie.

Le grillon chante un requiem,
L’épeire qui perd son latin
File sans fin des patenôtres.

Sous un saule et parmi bien d’autres
Elle repose en mon jardin,
Au champ secret de mon poème.

octobre 2006

Publié dans Fable

Commenter cet article

F
un joli poème
Répondre
A
"Le tombeau des lucioles est, certes, un film grave, pourtant tout entier parcouru, enchanté d'une poésie rare. Comme la vie elle-même, sauf à fermer son cœur à la poésie..."

Certes, cher ami, comme la plupart des films des Studios Ghibli, notamment ceux du grand Hayao Miyazaki que je ne peux que te conseiller si tu ne connais point (ce qui serait fort peu probable)
A titre personnel j'ai préféré les films de ce dernier, même si "Le Tombeau des Lucioles" ne manque pas de poésie et de grandeur, sur ce point nous sommes entièrement en phase ! ;-)
Répondre
A
Ah que c'est joli, tout ça...
Le film "Le Tombeau des Lucioles" est d'une grande tristesse, à éviter les soirs de déprime ! :-)
Répondre
L
Le tombeau des lucioles est, certes, un film grave, pourtant tout entier parcouru, enchanté d'une poésie rare.
Comme la vie elle-même, sauf à fermer son cœur à la poésie...