Cordes

Publié le par Lionel Droitecour

Léonard de Vinci (1452-1519), Etude de mains, détail

Léonard de Vinci (1452-1519), Etude de mains, détail

Dans le secret du jour où murmure un émoi,
J’écoute mes amours sommeillant près de moi
Et de ton sein confiant le souffle régulier,
Où mon âme s’épanche à ton cœur singulier.

Qu’il est doux ce désir qui mûrit dans nos mains,
Nous étreint, nous empoigne et cogne dans nos reins
Et dans l’extase vient fleurir à lèvre folle
Dans le temps des soupirs où notre chair s’immole.

Aigu comme une pointe au sommet du plaisir
Inaccessible fruit que l’on voudrait saisir,
Notre union volatile infuse et se délace.

Lors dans l’épuisement de nos doigts qui se nouent
Sous les linéaments des cordes de l’espace
J’entends un chant subtil où nos rumeurs se vouent.

octobre 2006

Publié dans Amour

Commenter cet article

A
Beau poème sur l'amour, qui dans nos vies se résume souvent à quelques instants fugaces...

Si on y songe bien, c'est le fait de s'oublier soi-même pour un instant, de s'ouvrir entièrement à l'autre qui en fait la beauté...

En résumé : l'extase amoureuse est l'état sans égo...

On croit que c'est l'autre qui est la cause de cet état de béatitude, mais en fait c'est simplement notre état originel, celui d'avant la naissance de l'égo...

Et si on peut le retrouver dans les instants privilégiés avec un autre, on doit forcément pouvoir le retrouver aussi sans objet et sans cause... et y rester pour de bon ! :-)
Répondre
F
que c'est beau l'amour
Répondre