Rebouteux du verbe

Publié le par Lionel Droitecour

... et, rebouteux du verbe, nous nous rabibochons en sa tranquille gerbe ...

... et, rebouteux du verbe, nous nous rabibochons en sa tranquille gerbe ...

Le futile propos de la chère Elodie
Dont la rime, à mon cœur est une mélodie,
Vient bruire doucement à mon oreille affable,
Conte, palinodie, miscellanée ou fable.

Nous discourons ainsi dans l’après-midi calme,
Pareil à ces iliens grisés de vin de palme,
Les mots sont notre ivresse en ces langueurs natives
Où nos histoires vont aux sources narratives.

Voici, une heure ou deux nous dessinons un monde,
Une faune inventée d’une libre faconde,
Puis nous nous séparons, d’un baiser sur la joue.

Ce n’est point une amour en cela qui se joue,
Mais un compagnonnage et, rebouteux du verbe,
Nous nous rabibochons en sa tranquille gerbe.

mars 2015

Publié dans Amour

Commenter cet article