Fleurs coupées

Publié le par Lionel Droitecour

Vincent van Gogh (1853-1890), Les iris, détail

Vincent van Gogh (1853-1890), Les iris, détail

Où vont toutes les fleurs coupées,
Flétries, après nos fins soupers,
En quel jardin sans jardinier
Où camarde tend son panier ?

En quelle exsangue solitude,
Privées, par un geste si rude,
De la sève de leur parole
Font-elles don de leur corolle ?

Et puisqu’on les jette aux ordures,
Aux crépusculaires morsures
Du soir, au seuil de la nuit blême,

Ah ! Souffrez que dans un poème,
Je chante l’oraison funèbre
Où l’âme des fleurs s’enténèbre.

janvier 2012

Publié dans Nostalgie

Commenter cet article

L
Beau tableau de VAN GOGH, c'est un de mes peintres préférés...

Quant aux fleurs coupées ..,ton regard est juste et pleine de compassion ,c'est touchant et cela me renvoit à bien d'autres réalités , comme les arbres et la Vie en général qu'on ne respecte pas . ..., mais au lieu de les jeter à la poubelle(berk!) déposons-les au moins sur un compost qui les relie à la Vie .

"En quel exsangue solitude,
Privées, par un geste si rude,
De la sève de leur parole
Font-elles don de leur corolle ?"
Répondre