Flambeau

Publié le par Lionel Droitecour

... Puis nous commencerons de paisibles dialogues ...

... Puis nous commencerons de paisibles dialogues ...

Mes enfants, lirez-vous, quelque jour mes églogues ?
Il vous faudra vieillir et que je me sois tû
Pour que vous arpentiez mes chemins de sonnailles :
M’y trouverez gisant par delà le tombeau.

Ma rime ne sera, alors, qu’un vain flambeau
En la table dressée des anciennes ripailles,
Vous saurez vos regrets plutôt que ma vertu.
Puis nous commencerons de paisibles dialogues.

Je ne répondrai pas à toutes vos questions,
Vous n’aurez que mon doute et j’espère parfois
Qu’un sourire viendra éclairer votre deuil.

Je ne serai plus là pour vous attendre au seuil
Où mes mots seront morts, ou vivants par vos voix,
Dans l’infini bruissant de mes humbles factions.

novembre 2008

Publié dans Autobiographie

Commenter cet article

L
Triste ? oui et non:

Questionnement sincère , sur "ce qu'on transmet" à nos enfants , aux générations futures .

La trace vivante (résurection) que nous voudrions laisser..,malgré l'extinction de notre corps!

Folle ambition que nous ne maîtrisons pas ...

La vie , la mort toujours aussi proche l'une de l'autre ..

Triste , oui et non ...
Répondre
C
Qu'il est triste berk
Répondre