Pluie d’été

Publié le par Lionel Droitecour

... Mouillé d’une larme, au secret de son regret, comme bat le morne pavé la pluie d’été ...

... Mouillé d’une larme, au secret de son regret, comme bat le morne pavé la pluie d’été ...

La morne pluie d’été
Bat le pavé
;

Morose, ici est un cœur lourd
Amer et gourd
.

Au ciel où sa douleur se fonde
Il nait une onde
;

En son antre le temps semble figé,
Comme érigé
.

Dans les levées du jour un vain esprit,
Poète, écrit
;

Les rimes sous ses doigts sont mélodies,
Palinodies
.

Et dans son âme une livrée
De cette ivrai
e

Vient germer, sans aménité,
En vérité
;

Mouillé d’une larme, au secret
De son regret
,

Comme bat le morne pavé
La pluie d’été
.

juillet 2011

Publié dans Sensation

Commenter cet article

A
" .... Pourquoi la pluie nous rend-elle mélancolique ? .... Comme si le soleil effaçait le chagrin ! "

Euh... Certes, cher ami, mais si je puis citer mon humble cas il est vrai que sous le soleil l'herbe est bien plus verte et mon moral du coup aussi !

Est-ce du à la lumière plus vive, plus radieuse de l'astre du jour ? A la vitamine D que l'exposition à ses rayons génère dans nos corps ?

En tout cas ce n'est pas pour rien que la déprime s'installe facilement chez les habitants des pays qui ne le voient pas pendant des mois et à qui on prescrit du coup des lampes imitant sa lumière...

D'ailleurs le grand Charles Aznavour le dit clairement dans sa belle chanson "Emmenez-moi" :

"Emmenez-moi
Au bout de la terre
Emmenez-moi
Au pays des merveilles
II me semble que la misère
Serait moins pénible au soleil. "

"https://www.youtube.com/watch?v=jtP4ZmckyTk

Bon, il dit bien "il me semble" ! ;-)
Répondre
A
Ah nature facétieuse...
Cette année on en prendrait bien un peu, de la pluie d'été, alors qu'en général on languit plutôt du ciel azuré et de l'astre du jour !
Ainsi en va-t-il aussi de la nature humaine, me diras-tu...
Entre intempéries et sécheresses les rares périodes de félicité et de complétude passent toujours trop vite, un désir chasse l'autre tels des nuages qui voilent le soleil, et lorsque par extraordinaire on n'en a pas on se sent vite desséché et on se presse de s'en recréer ... vaine course sans fin vers un objectif fuyant qu'on atteint jamais.
Répondre
L
La question abordée par ce poème est en vérité celle ci :
Pourquoi la pluie nous rend-elle mélancolique ?
C'est un des stéréotypes à la noix des films hollywoodiens, quand on est triste c'est forcément sous des torrents de pluie. Il n'y a guère que Gene Kelly pour chanter dessous...
Comme si le soleil effaçait le chagrin !