Pluie d’or

Publié le par Lionel Droitecour

Vincent van Gogh, (1853-1890), Le mûrier, détail

Vincent van Gogh, (1853-1890), Le mûrier, détail

Une pluie d’or, au loin, là-bas, sur les gazons ;
Les arbres longuement versent, se défeuillant,
Comme larme d’espoir aux saisons à venir
Tapis tourbillonnant des prébendes d’automne.

Mais il fait doux, encor et le soleil couronne
Les grands arbres sereins en train de dépérir
Au jardin silencieux où pas un seul enfant
Ne s’ébat en criant parmi leurs doctes troncs.

L’école les a pris et les sages leçons
La règle qu’on apprend en la table bancale
Aux multiplications. Et l’ennui passe au jour

Comme feuilles tombées des branches, désamour
Où l’hiver se prépare, ainsi qu’en mon cœur pâle
Un poème obsolète invente ses chansons.

octobre 2007

Publié dans Sensation

Commenter cet article

A
"Faites une tournée dans les Gorges du Verdon en automne , cela pourrait vous réconcilier avec cette cette saison "couleur d'or" "
Très belles, les gorges du Verdon, en effet, même si je ne les connais qu'en juin ! :-)
Ceci dit il est vrai que l'automne nous offre de magnifiques paysages, là-bas ou ailleurs, qu'on peut admirer et apprécier.
L'idéal pour moi serait de les admirer... puis dans la foulée aller passer l'hiver sous des climats doux et ensoleillés avant de revenir ici au printemps... :-)
Mais bon... Si ça se trouve l'hiver me manquerait, psychologiquement et surtout physiologiquement !
Répondre
A
Beau poème, sur une période de l'année que je n'affectionne pourtant pas particulièrement...
Ah... La rentrée des classes... Je me souviens qu'enfant j'en faisais à chaque fois un drame, j'aurais voulu que les vacances durent toujours !
Encore aujourd'hui l'automne est pour moi le signe précurseur de l'arrivée de nos hivers interminables (après nos étés le plus souvent minables) et la tristesse prend le dessus sur la joie que devrait procurer la beauté de la nature et la satisfaction des (hypothétiques) récoltes...
Je rêve de m'évader en des contrées ensoleillées où la vie est douce, où le regard se réjouit du bleu du ciel et de la beauté d'une nature bariolée, loin de la grisaille, du froid et de nos vies ternes, loin des luttes permanentes de ce monde dialectique ...
Un tel environnement n'est pas de ce monde ?
Pas grave, au fond je ne le suis pas non plus, même si pour l'instant ma place est là, sans l'ombre d'un doute !
Répondre
L
Faites une tournée dans les Gorges du Verdon en automne , cela pourrait vous réconcilier avec cette cette saison "couleur d'or".

J'en ai un souvenir inoubliable :à pied ,sac à dos ,nous dormions à la belle ,dans des grottes etc..

C'était l'époque, sans contraintes familiales , où je prenais mes vacances hors saison ..
L
Superbe ..

Trés beau tableau (que je ne connaissais pas) de Vincent van Gogh.
Répondre