Où passe l’impensé

Publié le par Lionel Droitecour

Lumière du Golfe, Aquarelle d'Albert Hartweg, détail

Lumière du Golfe, Aquarelle d'Albert Hartweg, détail

Elles naissent parfois de l’incertain du songe,
Dans l’intime frontière entre veille et sommeil,
Ces parades de mots sous l’étrave du verbe :
Mes rimes, assemblées comme des oriflammes.

Ici, à l’obstinée, je ravaude mes trames,
Et tresse mes rumeurs en la futile gerbe,
Où mes javelles sont, auprès du soir vermeil
Ces fruits de l’illusion dont la course me ronge.

Eh, cueille vain poète, en ton arbre insensé,
Cette brassée d’azur à nul autre promise,
Dans l’étrange horizon que la raison procure.

Là, comme un vil soutier qui rêve la mâture ;
Tu seras l’incongru que l’ivresse éternise
En l’absurde lisière où passe l’impensé.

novembre 2012

Publié dans Marine

Commenter cet article

L
C'est beau..

Elles naissent parfois de l’incertain du songe,
Dans l’intime frontière entre veille et sommeil,
Ces parades de mots sous l’étrave du verbe :
Mes rimes, assemblées comme des oriflammes

.L'impensé est superbement illustré par l'aquarelle d'Albert Hartweg...
Répondre