Instinct de mort

Publié le par Lionel Droitecour

... sa faillite nous attend, comme un tombeau toujours latent aux détours du prochain sillon ...

... sa faillite nous attend, comme un tombeau toujours latent aux détours du prochain sillon ...

Il gouverne, l’instinct de mort,
Il est à l’œuvre dans nos têtes,
Il déborde de nos assiettes
Il met en scène, ombre grégaire,

En nos écrans, sa triste guerre.
Il fait de l'homme sa conquête,
De l'intelligence défaite
Et, morne, emplit jusqu’au rebord

La bouche énorme qui se tend
D'un peuple qui fait l'oisillon
Jusqu'à y perdre sa raison.

Et sa faillite nous attend,
Comme un tombeau toujours latent
Aux détours du prochain sillon.

décembre 2008

Publié dans La camarde

Commenter cet article

A
Beau poème qui - comme tant d'autres - incite à la réflexion...
De par la nature même de notre monde dialectique la mort est y est omniprésente, c'est inévitable.
Il faudrait l'accepter une fois pour toutes, mais quelque chose en nous se cabre à l'idée de disparaitre, d'où le problème...
Une grande question est alors : il y a-t-il en nous quelque chose qui ne soit pas concerné par la disparition ? Une forme de "conscience" qui survit à la fin du corps et du mental (égo) ?
Interrogation souvent abordée ici et qui pour l'instant n'a pas trouvée de réponse claire ni de consensus entre nous, même si j'ai mon ... Avis sur la question ! ;-)
Répondre
C
c'est juste ce que tu dis, mais je l'aurais dis autrement.....
Répondre
L
"La bouche énorme qui se tend
D'un peuple qui fait l'oisillon
Jusqu'à y perdre sa raison."

Trés juste l' image des oisillons.. Elle me parle ..
Ouvrir sa bouche pour crier sa révolte et survivre..

Projets mortifères portés par ceux qui nous gouvernent et nous y enferment...

Quel contraste avec les chansons de Jean FERRAT ..,Aimer à en perdre la raison et Que c'est beau la Vie
https://www.youtube.com/watch?v=nQsF2hH5q8w
Répondre