Citadelle de braise

Publié le par Lionel Droitecour

Gaston Charles Marquet (1848-?), Portrait d'une petite boudeuse

Gaston Charles Marquet (1848-?), Portrait d'une petite boudeuse

L’enfance en nous demeure : un feu n’est pas éteint
Lorsque la flamme vive a terminé sa danse.
Sous la cendre attiédie une braise rougeoie
Qui, d’un embrasement, cultive l’espérance.

Alors, en chaque pas, sa clarté nous devance
Où le jour fanfaronne en l’orée de sa voie
Et, comme citadelle, elle est notre défense
Où la vie nous conduit vers le seuil incertain.

Lors, dans notre âge mûr, au bord de la vieillesse,
Nous retrouvons en elle une intime fragrance
Où fume encor la mèche en notre vain bougeoir.

Et demain ce vieillard, à la croisée du soir,
Songera au vertige où fut son innocence,
Seul, amoindri, amer au seuil des nuits sans liesse.

mars 2008

Publié dans Enfance

Commenter cet article

L
Trés, trés beau aussi et trés juste.

"Lors, dans notre âge mûr, au bord de la vieillesse,
Nous retrouvons en elle une intime fragrance
Où fume encor la mèche en notre vain bougeoir"

Cette strophe me fait penser à une phrase de J-D.NASIO,psychiatre, psychanalyste:

"Rien dans la vie ne peut se perdre, rien ne disparaît de ce qui s'est formé,tout est conservé..et peut réapparaître." extrait de son livre :l'insconcient,c'est la répétition.
Répondre
A
Beau poème sur l'enfance disparue dont nous gardons quelque part la nostalgie !
Avec l'amertume au bout du chemin ? A voir...
Il ne tient qu'à nous pour retrouver une bonne part de notre innocence perdue, enrichie par une sagesse et un détachement que l'enfant n'a pas.
Arnaud Desjardins écrit dans un de ses ouvrages que l'homme devrait évoluer de l'enfant vers le Sage.
Pour l'enfant le monde c'est "Je", tout tourne autour de lui. Puis nous devrions progresser vers "Je et un peu les autres", "Je et les autres", "Un peu Je et surtout les autres" le stade ultime étant lorsque le "Je" a définitivement disparu, laissant la place au Sage.
Celui-ci est toujours actif, toujours impliqué, mais il n'y a plus d'égo pour le limiter dans son action, qui sera de ce fait toujours juste.
Utopie ? Pour la majeure partie de l'humanité sans doute, car nous ne connaissons que l'égo et n'arrivons de ce fait même plus à imaginer qu'un autre état puisse exister...
Répondre