Cime hissée

Publié le par Lionel Droitecour

Orifice buccal de la sangsue « Tyrannobdella rex ». Brrr...

Orifice buccal de la sangsue « Tyrannobdella rex ». Brrr...

En la cime morose où j’ose m’immiscer
S’est mise la cimaise à l’aise en ce cimier.
La miss ici misait sa mise immensément
Aimant en ces ciments l’isthme en semant l’aimant.

Dès lors en ces accords au corps à corps on vend
Ces cors, décor encore, accorte en les rêvant.
On sue dans ces issues conçues pour les sangsues,
Cossues, cousues dessus qu’on reçut si pansues.

Qui sait dans ces essais sensés ceux qui bossaient
Tancés et cadencés, condensés à l’excès.
Sensés, tous ces censeurs hâbleurs en leur ardeur

Élisaient l’écarteur en lissant les quarts d’heure.
Ainsi, de Silésie, s’enlisaient les hélices
Et lisses les abysses vidaient l’artifice.

juillet 2007

Publié dans Calembours

Commenter cet article

L
Ce poème se lit bien à haute voix ,les mots qui se suivent se déroulent facilement ..
Le tout forme une belle musique agréable à entendre même sans chercher à saisir le sens ..

Quel constraste avec l'mage un peu repoussante ..!Brrrrrrrrrrrrrrr
Répondre
L
Certes ma chère, mais le monstre n'est qu'un tout petit monstre de rien du tout.
Comme cette petite musique d'ennui, laquelle bien sûr, n'est guère sérieuse.
Par contre, effectivement, il est bon de la lire à voix haute pour ne pas se perdre en ces voies...