Pages grises

Publié le par Lionel Droitecour

... Mais devant ces mots gris, tracés, ces boucles, déliés et pleins ...

... Mais devant ces mots gris, tracés, ces boucles, déliés et pleins ...

Ecrire me soulage,
Un peu,
Et m’apporte la joie.

Mais juste sur l’instant.

Le doute vient toujours, inexorablement
Faire pâlir l’étoile sous le firmament.

Et je reste transi,
Souvent.

Non pas devant la page blanche,
Non.

Mais devant ces mots gris,
Tracés,
Ces boucles, déliés et pleins ;

Cette rumeur
Cachée sous le boisseau,

Flamme de ma chandelle
Dont la mèche fumeuse

N’éclaire que ma nuit.

juin 2010

Publié dans Art poétique

Commenter cet article

L
C'est bien dit , bien écrit mais si je comprends bien c'est sans fin ...

Bien Ecrire me soulage,
Un peu,
Et m’apporte la joie.

Mais juste sur l’instant. ..
Répondre
L
Certes, sans fin, mais pas sans faim... Petit à petit, l’appétit des vers me quittera un jour, mais tant que je vis, j'écris.
A moins que ce ne soit l'inverse...