Mycélium

Publié le par Lionel Droitecour

Mycélium

Que vais-je donc trouver en mon humble panier
Qui vaudra, ce matin, parmi l’ambre et l’osier ?
Dessous quelle fougère, en mon sous-bois verbeux,
Où, promeneur, je passe encombré de vers bleus ?

Tout pensif je ramasse et glane mes églogues,
Puis cherche sous l’azur à nouer maints dialogues
Avec le vent, parfois, dans ses emportements,
Passager de mes nuits versées aux firmaments.

Voyez-le, ce songeur qui aboute sa rime
Au-delà des cités que la presse décime,
Où court une mort lente et comme exaspérée.

Le voici, solitaire, en la sente espérée,
Qui cache sa misère au mitan des années
Mycélium obscur aux spores surannées.

mai 2010

Publié dans Art poétique

Commenter cet article