La gnôle de Marlanges

Publié le par Lionel Droitecour

James Ensor (1860-1949), Les ivrognes, détail

James Ensor (1860-1949), Les ivrognes, détail

« Cambriolée, tu dis ? Ah, c’est à n’y pas croire !
Cette saloperie, faudrait être marteau !
Je n’ai pas oublié quand on m’en a fait boire :
J’ai failli en crever, raide, sous le tonneau !

Tu me dirais, vois-tu quelqu’un s’en est allé
À Marlanges chercher quatre coups de bâton
Cela serait pareil ! Et on l’aurait volée ?
Tout pris, tout emporté, jusqu’au dernier gorgeon ?

Faudra pas chercher loin, si tu veux mon avis,
Ceux qui la sifflent tiens, sont plus guère nombreux…
Et tu les reconnais, avec leur œil vitreux ! »

Jojo raillait, moqueur, commentant la nouvelle,
Un sourire narquois à ses lèvres, ravi
D’en rajouter ‒ pourvu que la saillie soit belle...

juillet 2010

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article