Bright star

Publié le par Lionel Droitecour

John Keats (1795-1821) sur son lit de mort, par son ami Joseph Severn (1793-1879)

John Keats (1795-1821) sur son lit de mort, par son ami Joseph Severn (1793-1879)

Bright star, would I were steadfast as thou art

Si je pouvais être immobile,
Resplendissant, ainsi la pure et claire étoile

Not in lone splendour hung aloft the night

Suspendue en la nuit subtile
Mais non pas solitaire au verseau de ma voile ;

And watching, with eternal lids apart,
Like nature's patient, sleepless Eremite

Veillant sur le faîte du monde
Sentinelle d’éternités,
Ainsi l’ermite sans sommeil,
Au sein patient de la nature,

The moving waters at their priestlike task
Of pure ablution round earth's human shores,

Tâche sacrée, ablution pure
Rivage de l’homme en éveil,
Aux terrestres rotondités
Dans le mouvement de chaque onde,

Or gazing on the new soft-fallen mask
Of snow upon the mountains and the moors

Ou bien contempler le doux masque
Fraîchement tombé de la neige,
Sur les monts ornés de sa frasque,
Ou sur la montagne au front beige

No yet still stedfast, still unchangeable,

Immuable toujours et toujours immobile,

Pillow'd upon my fair love's ripening breast,
To feel for ever its soft fall and swell,
Awake for ever in a sweet unrest,

Ensevelissant mes amours
En sa poitrine radieuse
Sentir son haleine toujours
Eveillé pour jamais à l’inquiétude heureuse,

Still, still to hear her tender-taken breath,
And so live ever--or else swoon to death.

Et vivre ainsi, oh, vivre encor
Ou bien me fondre dans la mort.

John Keats (1795-1821)
Paraphrase, décembre 2014

 

Publié dans Paraphrase

Commenter cet article

A
Merci de nous faire découvrir ce magnifique poème anglais et sa non moins magnifique interprétation dans notre belle langue.
C'est un exercice très délicat, tu t'en sors avec brio, bravo !
Répondre