Que nul ne bouge

Publié le par Lionel Droitecour

Que nul ne bouge

Première bougie en mon bouge...

Voici donc une année pleine, en cette plaine alsacienne que je pérore, chaque aurore en ce blog. Il a été conçu un peu comme une bouteille à la mer par un poète amer, à peu près impublié, mais à pub lié par la plateforme over-blog qui lui impose désormais ses annonceurs.
Un poème par jour, donc, quotité que j’ai largement outrepassée dans les premiers mois d’existence de ma boite de Pandore virtuelle, mais que je respecte scrupuleusement depuis le mois de juillet 2014. L’idée qui m’anime est celle du partage, chaque visite ayant son prix à mes yeux. Le décompte m’en est fourni par over-blog. En 365 jours j’ai publié 593 poèmes, 5432 visiteurs ont été dénombrés, 27544 pages ont été parcourues.
Ainsi constatent les stats, dont on se tâte en ces strates.
Mais aux comptes je préfère les contes, monsieur le comte. Et je continuerai donc à effeuiller, roué, la marguerite à mon rouet, filant la métaphore en mes contreforts. Sans trop d’effort, amer, si, mais me rendant à merci ici pour mes lecteurs, dont, comment le taire, les commentaires sont, comme en terre, le terreau où s’enracine le désir que j’ai de leur complaire...

Publié dans Art poétique

Commenter cet article

I
C'est un grand honneur pour un si humble lecteur de pouvoir commenter et célébrer la première bougie de ce site que j'arpente si souvent et qui m'est devenu si chair... euh cher !
Un grand merci de partager toutes ces perles de poésie et d'esprit avec tous tes amis et lecteurs et de nous ouvrir des portes qui nous guident vers des univers différents, emplis de poésie, de musique et aussi de belles réflexions sur le monde et nous mêmes.
Longue vie aux Vieilles Lettres, le blog qui a conquis haut la main ses... Lettres de noblesse !
Répondre
I
"avis après avis, le forum de tes motions et émotions"
Ah... Il faut vraiment être initié pour capter toute la subtilité de ces paroles !
Brillant, brillant, ça se confirme !
Du coup, pour fêter cette première palme je vais m'incarner dans l'enveloppe numérique de mon nouvel avatar : l’œuf Ironbird a éclos, donnant naissance à l'oisillon humide et ébouriffé, timide passager vers la Quintessence infinie, j'ai cité le grand (en cm) : non, non, pas Calimero, AVISFERRUM !
Ah, c'est beau, la première naissance en direct sur ton blog, on savait ta poésie féconde, mais à ce point... :-D
L
C'est un peu l'être de nos blessures, mon cher, toi qui monte si souvent en cette chaire...
Merci, cher oiseau, de faire ainsi, avis après avis, le forum de tes motions et émotions.
Où seraient les mots si on les taisait, disait Thésée...
L
JOYEUX ANNIVERSAIRE à ce blog poétique :

- celui des beaux mots (ainsi que des maux exprimés) et des belles lettres pour reprendre ton intitulé.
-celui d'un Artiste à l'inspiration abondante que je remercie de tout coeur pour ce partage ...

Indispensable lecture dans ce monde des normes ,des chiffres ,où l'essence même de l'humain tend dangeureusement à se tarir...

Merci encore pour toutes ces belles histoires contés de ta riche boîte de pandore .
Elles sont aussi un acte de résistance contre le barbarisme.
Elles cultivent et nourrisent mon âme.

C'est donc avec plaisir que je continuerai à te lire , encore et encore ...

Bises,

Luma
.
Répondre
L
Il revenait donc à Luma d'allumer, la première cette première bougie. Merci pour ce compagnonnage qui doit beaucoup à l’élection (de cœur) de ma colistière d'hier...