Un souvenir de vous

Publié le par Lionel Droitecour

... Je vous regardais vivre à quelques pas de moi où vous resplendissiez, fragile jeune fille ...

... Je vous regardais vivre à quelques pas de moi où vous resplendissiez, fragile jeune fille ...

Il est, en ma mémoire, un précieux souvenir,
En mon âme l’image n’en saurait ternir ;
Rieuse, vous jetiez une mèche frivole,
En un geste gracieux, par-dessus votre épaule.

Je vous regardais vivre à quelques pas de moi
Respirant la fragrance, effluve à mon émoi,
D’un parfum délicieux de musc et de vanille
Où vous resplendissiez, fragile jeune fille.

Vous étiez accroché au bras d’un grand dadais
Presqu’aussi beau que vous et qui vous quémandait,
Dans le creux de l’oreille, un vain secret d’amour.

Las, je me sentais vieux, empêtré et balourd,
Ébloui par l’éclat qui dansait en vos yeux
Où luisait un désir, immense et périlleux.

novembre 2006

Publié dans Portrait

Commenter cet article

C
il est beau ce poème
Répondre
I
Encore une perle de poésie, pleine de sensibilité et de pudeur, comme ton blog sait en offrir à ceux qui se prennent le temps de les découvrir !
Se prendre le temps... Presque une expression d'un autre âge dans notre monde où les devoirs et distractions futiles nous entrainent dans une course échevelée qui finira lorsque notre vieille connaissance la Camarde aura décidé qu'elle a assez duré !
Répondre