Tels sont les éphémères

Publié le par Lionel Droitecour

... je plaignais le sort des petites bestioles qui dansaient à nos yeux, au seuil de nos étés ...

... je plaignais le sort des petites bestioles qui dansaient à nos yeux, au seuil de nos étés ...

« Ils ne vivent qu’un jour, ce sont des éphémères »…
Mon père souriait, en ces simples récits,
Quand je plaignais le sort des petites bestioles
Qui dansaient à nos yeux, au seuil de nos étés.

Moi je me sentais riche, à sept ans bien comptés,
De toutes mes journées emplies de cabrioles…
L’avenir à cet âge est un gouffre imprécis :
Nous nous disions alors, comme des milliardaires,

« En l’an deux mille, un jour, j’aurai mes quarante ans ! »
Le seuil en est passé, l’enfance est révolue,
Mon père s’est éteint, ses cendres dispersées.

Et, dans le soir venu, le cours de mes pensées
Ramène vers l’orée mon âme irrésolue,
Où fûmes éphémères, vains, papillonnants.

novembre 2006

 

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

I
J'aime beaucoup l'ambiance douce et nostalgique de ces souvenirs d'enfance !
En me documentant un peu sur ces fugaces insectes j'ai lu sur Wikipédia que :
"Les éphémères font partie des insectes qui ont fortement régressé depuis une cinquantaine d'années, probablement suite à la dégradation de la qualité de l'eau et à la pollution générale de l'environnement par les pesticides. Jusqu'au milieu du XXe siècle, ils étaient partout présents en essaims de millions d'individus à proximité des eaux douces, obligeant parfois à couper quelques jours les routes longeant les cours d'eau, par exemple la haute Seine, l'accumulation des corps provoquant des accidents de la route.
Cependant, au Québec, dans la période du mois de mai à juillet, on en dénombre plusieurs milliards près des cours d'eau. Ils sont si nombreux, qu'ils nuisent à la visibilité routière et recouvrent le sol lorsqu'ils meurent. Ils vont même jusqu'à obstruer les unités de condensation et de climatisation sur les toits des immeubles à proximité, réduisant leur rendement et en obligeant un nettoyage."
Étonnant, non ?
Répondre