Œuvre au rouge

Publié le par Lionel Droitecour

Thomas Wyck (1616-1677), cabinet d’alchimiste, détail

Thomas Wyck (1616-1677), cabinet d’alchimiste, détail

Ensommeillé, parfois, jusqu’aux abords du rêve,
Je me tiens écarté de la presse du monde,
Solaire, alambiqué, taciturne et songeur,
À fourailler ma rime aux trilles du concert.

Qu’est ce donc que je cherche en ce verbe disert
Qui m’amène toujours, insatiable rongeur,
À grignoter la page en desserrant la bonde
À cette âme sans joie qui ressasse sans trêve ?

Qu’est ce que ces travaux de graphe et de misère,
Œuvre au noir, œuvre au rouge où fondre mes chagrins
Pour transmuer mon doute en boucles d’encre sèche ?

Qu’est cet épouvantail, à mon humeur revêche
Parcouru d’un remord échappé de mes reins,
Qui saigne sa pudeur en cherchant la lumière ?

avril 2010

Publié dans Art poétique

Commenter cet article