Moratoire

Publié le par Lionel Droitecour

... La haine et la violence, ils sont à l’horizon, mais ils viennent vers nous, par le biais des écrans ...

... La haine et la violence, ils sont à l’horizon, mais ils viennent vers nous, par le biais des écrans ...

On sait bien qu’il y a des salauds sur la terre,
On l’imagine bien, on s’en veut écarter,
La haine et la violence, ils sont à l’horizon,
Hurlant dessous la vague aux lointains des brisants.

Mais ils viennent vers nous, par le biais des écrans
Où nous cloîtrons nos yeux comme en une prison,
Mirages, dont nos cœurs, impuissants d’essarter,
Se gavent de fictions et d’images de guerre.

Frissonnante, notre âme, incise en sa quiétude,
En fait le moratoire où sombre sa pensée,
Incapable d’agir sous l’œil du prédateur.

Ainsi nous demeurons la proie de notre peur,
Esclaves d’un tyran dont l’ombre cadencée
Prospère et se nourrit où geint notre hébétude.

septembre 2010

Publié dans Citoyen

Commenter cet article

I
Beau poème qui rappelle le pouvoir insensé de tous ces écrans (et médias en général) qui nous hypnotisent et façonnent notre vision du monde. Nous croyons être libres, quelle pathétique illusion, car en effet :
"Ainsi nous demeurons la proie de notre peur,
Esclaves d’un tyran dont l’ombre cadencée
Prospère et se nourrit où geint notre hébétude."
Ça me fait penser à un dialogue entre Morpheus et Néo dans le film "Matrix" :
- Morphéus : La Matrice est universelle, elle est le monde qu’on superpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.
- Néo : Quelle vérité ?
- Morphéus : Le fait que tu es un esclave Néo. Comme tous les autres, tu es né enchaîné… le monde est une prison pour ton esprit.
https://www.youtube.com/watch?v=TgfLNObfwLg
Je n'ai pas la faiblesse de penser que Hollywood veut nous libérer, bien au contraire, mais certains messages sont noyés dans la masse pour ceux qui ont des oreilles pour entendre...
Répondre
I
Je partage ton opinion sur les volets 2 et 3 de Matrix, c'est bien une illustration de la perversité hollywoodienne, qui distille des bribes de vérité pour mieux les noyer ensuite dans un fatras d'inepties.
Dans le premier volet je n'avais pour ma part pas vu une critique du système capitaliste (qu'on peut certes voir aussi) mais une illustration moderne d'une vérité déjà connue des Anciens : "L'homme est le bétail des dieux", ce qui veut dire en gros que nos énergies, nos émotions, notre vitalité même servent à alimenter des êtres visibles ou invisibles qui nous parasitent, d'où la grande importance de susciter en permanence des émotions de masse par la religion, le sport, les désirs et peurs de toutes sortes et j'en passe...
L'écran n'est certes pas seul en cause dans notre asservissement, tout dépend de ce qu'on en fait, mais il est un formidable outil de conditionnement de masse... ou de libération pour une minorité, à l'exemple d'Internet. Mais là aussi ne nous leurrons pas, si le Net était dangereux pour le système ce dernier ne ferait pas tout pour nous attirer dans "la toile" comme c'est le cas... Ceci dit je ne renie pas du tout cet outil, il faut simplement rester vigilant et conscient de ses limites... et de ses dangers.
L
Se relire aussi, d'ailleurs. Le "s" à sommes est de trop...
L
J'avais aussi vu, de fait, dans le premier opus de Matrix, une critique du système capitaliste. Critique, si elle existe vraiment, qui à été noyée par les torrents de conneries déversés à grands renforts d'effets spéciaux dans les deux opus suivants.
Ceci dit, ce n'est pas l'écran qui est en cause, mais notre passivité de cons somateurs que personne d'autres ne sommes que sa propre servitude.
Créer, produire de la pensée, même avec les modestes moyens qui sont les nôtres, c'est déjà résister.