Le cas du cor

Publié le par Lionel Droitecour

 ... Un ver enfin, qu’était plus fin dit, « bien, bien, bien il faut un mathématicien, pour compter, ah, tant de virgules ...

... Un ver enfin, qu’était plus fin dit, « bien, bien, bien il faut un mathématicien, pour compter, ah, tant de virgules ...

Un mille-pattes
À mille pattes
Avait, avait
Un cor au pied.

Il savait bien
De quel côté
Mais même, sûr,
Si c’est l’impair,

Cela faisait
Des tas de paires :
Cinq cents, bon sang
J’ai bien compté !

Ce n’était pas
Vers le début,
Ni vers la fin,
Ca, c’est certain.

Mais pour trouver
Lequel, problème !
On en fera
Tout un poème…

Si ce n’est l’an-
Té pénultième
Est-ce la cent
Cinquant’troisième ?

Ou cent cinquan-
Te quatrième ?
Aïe, enfin c’est
Dans ce coin là !

La taupe vint
À sa rescousse,
Mais hélas, ah !
N’y voyait goutte…

Un cancrelat
Passait par là :
Ne savait pas
L’arithmétique.

Un ver enfin,
Qu’était plus fin
Dit, « bien, bien, bien
Il faut un ma-

Thématicien,
Pour compter, ah,
Tant de virgules,
J’en rend mon pull ! »

On appela
Le vieil Ursule,
Qu’était en somme
Un astronome,

Fameux parmi
Tous ceux qu’on nomme.
Mais ce bonhomme,
Sourd comm’ un’ pomme

N’entendait rien
De ce latin
« Hein, quoi, combien ?
Parlez plus fort ! »

« Un cor au pied,
Mais il vous faut
Un cordonnier,
Coordonnez ! »

Et repartit
Plein de questions
Sans faire don,
D’une équation.

« Avec tout ça,
Bon débarras,
Je n’en suis pas
Plus avancé… »

Soupirait, las,
Le mille-pattes.
De son tracas
On fit un cas.

Dans les écoles
Désormais au
Mille-patteaux,
Pas trop patauds,

On apprend tôt
Dès tout petiot ,
Calcul des pro-
Bables totaux

Dans leur babil
Doivent lacer
Mille chaussons
Qui font, voyons

C’est assuré,
Multipliés
Les cinq cents pieds
De ma chanson.

On dit depuis
Que leur ancêtre
Fit don de son
Corps au poète.

Catimini,
Qu’il est parti,
Sans répartie
Au paradis

De la cordo,
Cordonnerie
Où de son cor
Nul ne s'en rit.

juillet 2010

Publié dans Fable

Commenter cet article