Ma gerbe ductile

Publié le par Lionel Droitecour

Vincent van Gogh (1853-1890), Champ de blé aux corbeaux

Vincent van Gogh (1853-1890), Champ de blé aux corbeaux

Puisque le temps nous ment,
Puisque la vie nous quitte,
Puisque le firmament
Nous trompe en son invite ;

Puisque, vide, le doute,
Au vain puits de la nuit,
Nous tient en sa redoute
Ainsi l’outre qui fuit ;

Puisque tout s’évapore
Et que rien ne demeure
Aux sentes qu’on ignore ;

Je veux, simple et futile,
Où la parole meure,
Lier ma gerbe ductile.

janvier 2014

Publié dans Le temps

Commenter cet article