Un reflux dans ma nuit

Publié le par Lionel Droitecour

... Ici furent reflets où mon cœur se mira, au seuil ambivalent que je n’ai su décrire ...

... Ici furent reflets où mon cœur se mira, au seuil ambivalent que je n’ai su décrire ...

Toi qui liras ces mots quand je ne serai plus,
Quand je serai dissout dedans le froid tombeau
Ou, cendres dispersées voguant sur les nuées,
Désir en une page espérant ton discours ;

Ami, partage un peu de mon rêve au long cours,
En ces moires viens-t-en tracer sur mes buées,
Comme en la vitre humide, infime goutte d’eau,
Ta propre incertitude en mes sombres reflux.

Et si ta voix résonne où mes ombres sont closes,
Si ce verbe jadis que je n’ai su qu’écrire,
S’incarne dans ta chair, mon limon frémira.

Ici furent reflets où mon cœur se mira,
Au seuil ambivalent que j'ai voulu décrire,
Continue le prospect de mes lèvres forcloses.

avril 2012

 

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article