Souris

Publié le par Lionel Droitecour

Souris

Chétive, elle est menue comme un petit garçon,
Demoiselle loquace à bientôt cinquante ans ;
Elle a le verbe fort et mord et se défend,
Qui donne son avis sans rime ni raison.

À l’homme elle préfère nichée de souris
Dans leur cage, choyées de graines, de coton,
Leur disant dans le soir la secrète passion
Cachée dans sa maison interdite aux maris.

Pareille au hérisson qui fourbi son piquant,
Elle hurle au moindre heurt vers qui la contredit
Pour succomber, tantôt, puis ployer sous son ire.

Dans cette citadelle où fleurit son empire,
Solitude choisie  ̶̶  c’est là ce qu’elle en dit,
Elle cèle un cœur d’or et une âme d’enfant.

juin 2006

Publié dans Portrait

Commenter cet article