Post mortem

Publié le par Lionel Droitecour

... Là je converserai avec d’autres poussières, pareil à ce limon que furent mes ancêtres ...

... Là je converserai avec d’autres poussières, pareil à ce limon que furent mes ancêtres ...

Je ne veux point renaître après l’ultime souffle.
Versez, versez ma cendre au chemin des Roudelles :
Là, je veux me dissoudre en cette ancienne terre
Où errent quelquefois les fantômes des miens.

C’est assez pour ma joie après l’heure dernière.
Y viendrez vous, parfois, cultiver ma mémoire,
En ce pays qui meurt et sombre dans l’oubli,
Son art de vivre mort où les fermes sont vides ?

Là je converserai avec d’autres poussières,
Pareil à ce limon que furent mes ancêtres.
Et, lorsque le soleil, aux fournaises, poudroie,

Comme enivrés d’espace irons aux frondaisons
Portés, par une brise, à tutoyer le ciel
Sous l’infini rêveur encombré de nos veilles.

octobre 2010

Publié dans La camarde

Commenter cet article